edito
0

smarties

En presque deux décennies, le monde est passé de la voix, avec des fritures, à la data. La data ou la broadband est devenu de facto la nouvelle « monnaie » mondiale qui est plus stable que le dollar ou l’euro et en plus devient de plus en plus « smart » ou intelligente. Nous leur donnons même des  […]

En presque deux décennies, le monde est passé de la voix, avec des fritures, à la data. La data ou la broadband est devenu de facto la nouvelle « monnaie » mondiale qui est plus stable que le dollar ou l’euro et en plus devient de plus en plus « smart » ou intelligente. Nous leur donnons même des  noms humains -Watson, Siri- qui laisse supposer qu’ils sont comme nous. Et ces systèmes sont devenus de plus en plus puissants et de plus en plus intelligents. Dans la réalité, ils  peuvent gérer intuitivement des tâches qui ont été jusqu’à présent impossibles à automatiser en temps réel comme l’exploitation minière, pétrolière, la gestion de satellites et beaucoup d’autres applications qui tournent maintenant sans oublier celles qui sont dans les laboratoires. Enfin de compte dans pratiquement tous les secteurs de l’électronique : l’automobile, industriel, sécurité, communication, informatique, eau, transport, énergie, entretien médical et santé personnels et  finira par constituer plus de 50% de tous dans le monde entier rendant les « smartsystem » un atout hautement stratégique que notre gouvernement ne comprend pas ou n’a pas su analyser à sa véritable mesure. En effet, chaque jour de retard dans la compréhension des choses va faire en sorte que nous allons rester à la périphérie et être des consommateurs car l’innovation ne se décrète pas elle se vit au jour le jour, avec un marché. Et les enjeux sont énormes. Selon une compilation de chiffres, il y a aujourd’hui plus de deux milliards de systèmes intelligents ont été déjà vendus et on prévoit plus de 4 milliards pour 2015, rien que pour les applications de l’analyse en temps réel et les flux de données. La data est la nouvelle monnaie et les pays qui ont compris sont ceux qui ont déjà entrepris de mettre en place des infrastructures fiables et robustes pour en extraire de la valeur grâce à ses visionnaires et ses entreprises. Pour nous, on en reste à 3G ou pas 3G ? Quand d’autres réfléchissent dès à présent à faire d’énormes investissements dans le développement de logiciels et applications surtout dans les logiciels d’analyse et de services de données. L’ère infrastructure est passée, on rentre dans l’ère de l’intelligence…

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Presque un demi-milliard de dollars de chiffre d’affaires

Djezzy va à merveille ! Et pour cause, le marché télécoms a montré une croissance qualifiée d’« impressionnante » par le management de...

Fermer