L'Essentiel
0

Start-up week-end Women à Alger L’entreprenariat, c’est aussi pour les femmes

Baisser de rideau sur la toute première édition du Start-up Weekend spécial femmes, qui s’est tenue à Alger durant le week-end du18 au 20 avril dernier. Un événement inédit, à sa première édition et à sa cinquième dans le monde. Des porteuses de projets venues des quatre coins du pays se sont donné rendez-vous à […]

femme entrepreuneurBaisser de rideau sur la toute première édition du Start-up Weekend spécial femmes, qui s’est tenue à Alger durant le week-end du18 au 20 avril dernier. Un événement inédit, à sa première édition et à sa cinquième dans le monde. Des porteuses de projets venues des quatre coins du pays se sont donné rendez-vous à l’incubateur du cyberparc de Sidi Abdellah pour un événement entrepreneurial.
Nassima Berrayah, coorganisatrice de la manifestation, a affirmé que cet événement d’un week-end est centré sur l’action, l’innovation et l’éducation et cette édition « spéciale femmes » permet de mettre dans le bain des TIC les femmes porteuses d’idées innovantes, un domaine autrefois réservé uniquement aux hommes, dit-elle. Au départ, 60 participantes ont formé des équipes ayant un seul objectif, celui de créer une entreprise autour d’une idée proposée sur place dans trois catégories : développeurs, designers et marketeurs. Le principe est d’ores et déjà, place au «  pitch » de l’idée en une minute de temps, et après une sélection, le jury rend son verdict. Sur un peu plus de 21 « pitchs », 10 idées ont été acceptées.
L’événement a été également un rendez-vous très attendu par la communauté de femmes TIC. « C’est une expérience éducative. J’ai appris plein de choses intéressantes, dont la manière de monter un business-plan. Cela m’a permis aussi de rencontrer des personnes dans plusieurs domaines », affirme Fatma-Zohra Bencharef, porteuse de projets. Parmi les projets soumis, celui de l’équipe de Soraya Arkam. Un groupe de quatre étudiantes venues de l’université de Boumerdès et de l’INELEC avec un projet intitulé  Stylantique, un site web d’achat et de vente de brocante. Aussi, celui de Sabrina Sahli, dont l’équipe composée de cinq étudiantes de l’université de l’USTHB, propose un site web intitulé DZ Covoiturage, une solution aussi écolo que facilitatrice du transport face aux aléas qu’on lui connaît. Autre projet, celui de l’équipe de Hanan Kawan, qui a proposé une idée d’entreprise qui offre des services de ménage à domicile intitulée « Rahtek ». Enfin, celui du groupe de Anissa Aoun, formé de trois jeunes étudiantes venues de l’université d’Oran avec une seule idée en tête, « Binatna », un site internet qui propose aux jeunes étudiants l’opportunité de trouver un travail ou un simple stage mais aussi le « télé-job », un service spécial pour les femmes au foyer. A la fin du week-end, toutes les participantes ont présenté l’aboutissement de leur travail devant un jury d’expertes, qui a eu la lourde tâche de les départager selon trois critères : modèle économique, validation client et avancée du projet en 54 heures. Au bout des délibérations, les trois lauréates du concours étaient « Dallil Med », un annuaire pour professionnels de la santé, « TeachMe », une plate-forme Web de soutien scolaire pour étudiants et« CovoiturageDZ », un service de covoiturage pour particuliers. Les lauréates ont remporté une incubation avec des formations offertes, des logiciels de gestion de projets, entre autres. A signaler que le Start-up week-end femmes a vu 60 participantes, 23 pitchs, 10 projets et au final.

 

Elles témoignent :

  •  « On est hyper contentes d’y avoir participé. On a fait une expérience de lourde échelle, on n’a pas gagné mais on tient toujours à réaliser notre projet », affirme Anissa Aoun, participante venue de l’université d’Oran et porteuse du projet « Binatna »
  • Sonia Arkam, étudiante à l’INELEC de Boumerdès et participante avec le projet « Stylantique » décrit cet événement comme un rendez-vous formidable et inoubliable : « Une expérience qui m’a appris à avoir plus confiance en moi, défendre mon idée et aussi le travail de groupe », ajoute-t-elle.
  • Feriel Aimeur, étudiante et participante à l’édition : « Je ne regrette pas d’avoir participé à une compétition pareille où j’ai acquis une merveilleuse expérience. On apprend tellement de nouvelles choses qu’on oublie la fatigue de 54 heures de travail. »
  • Yasmine Cherfaoui, étudiante à l’université de Boumerdès et lauréate du concours avec le projet « Dalil’Med », une plateforme web orientée service médical, santé et bien-être, quant à elle, décrit cet événement comme une expérience hors norme où elle a pu exprimer ses idées, apprendre de l’expérience du coach et des organisateurs, à travailler en équipe avec des personnes qu’elle ne connaissait absolument pas. Et d’ajouter : « C’est véritablement une expérience unique. »
  • «Cette initiative fut une expérience des plus enrichissantes, les idées étaient en abondance, 54 heures d’endurance de développement et d’analyse pour enfin arriver à concrétiser nos idées. De plus, les coachs étaient à notre disposition en nous inspirant non seulement pour la faisabilité technique du projet mais aussi pour notre business-plan afin d’arriver à convaincre le jury avec nos idées à la fois innovantes, commercialisables et rentables », affirme Kahina Ferroukhi, étudiante à l’USTHB et deuxième lauréate du concours.S. D.
Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Le débat se poursuit sur 3G ou 4G Lobbying ou mauvaise gestion ?

La version 3G, qui est la norme UMTS, fait un premier saut qualitatif en termes de débits d’échanges de données...

Fermer