L'Essentiel
1

Téléphonie mobile en Algérie Un 4ème opérateur ne serait pas avantageux selon la ministre

A la question de savoir si le ministère a prévu ou à programmer d’ajouter un quatrième opérateur mobile qui desservira l’Algérie en 4G, vu que les trois opérateurs mobiles ont non seulement dépensé énormément d’argent pour faire l’upgrade de leurs reseaux vers la 3G. Ils voudraient pouvoir travailler avec la 3G pendant des années pour […]

A la question de savoir si le ministère a prévu ou à programmer d’ajouter un quatrième opérateur mobile qui desservira l’Algérie en 4G, vu que les trois opérateurs mobiles ont non seulement dépensé énormément d’argent pour faire l’upgrade de leurs reseaux vers la 3G. Ils voudraient pouvoir travailler avec la 3G pendant des années pour pouvoir avoir un ROI intéressant. Houda-Imene Faraoun, la ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, nous a répondu que que l’introduction d’un quatrième opérateur de la téléphonie mobile en Algérie « n’est techniquement pas avantageuse » et « n’est absolument pas profitable pour le consommateur ». Pour argumenter, la ministre cite les expériences des opérateurs européens « qui ont réduit le nombre de leurs opérateurs pour des raisons non seulement commerciales, mais aussi techniques, tout en ajoutant que le volet technique « est extrêmement compliqué » pour la 4G faisant certainement référence à la préparation d’un cahier des charges pour la vente de la licence et au spectre des fréquences dégarnissant de facto l’utilisation des fréquences de la télévision analogique pour une utilisation mobile dans le futur.
La ministre des PTIC pose trois problèmes extrêmement important pour le devenir des TIC en Algérie. Le premier, qui me semble important est le fait de comparer notre pays à un pays européens dans le domaine de la téléphonie mobile et d’Internet alors que nous venons à peine de commencer avec l’Internet Mobile (les licences 3G ont été attribué en décembre 2013). L’idée d’un quatrième opérateur mobile spécifique à la 4G permet d’aller vers cette technologie tout en laissant la place aux trois opérateurs pour continuer à investir sur la 3G. Et dans quelques années, s’il y a consolidation ce serait aussi bénéfique pour le consommateur. Comme son prédécesseur s’était trompé sur l’évolution de la 3G en Algérie, pensant que cela n’atteindrai pas les 10% pour une année, Internet et les téléphones mobiles se sont imposés comme des outils très populaires d’échange, de développement, de divertissement et de communication dans toutes les Wilayate où la 3G est présente. La 4G aurait peut-être le même engouement surtout avec les entreprises et le peu de déploiement de l’ADSL et d’Internet par Algérie Télécom, même si cette dernière est en train de faire énormément d’effort.
En définitive, la difficulté n’est pas tant technologique, que financière et économique mais c’est plutôt de mettre la 4G a la disposition des citoyens et des entreprises et de miser sur le développement de nouveaux services qui peuvent être profitable pour les consommateurs.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There is 1 comment

  • Bonjour , un bon article , merci 🙂 .

  • Leave a comment

    Want to express your opinion?
    Leave a reply!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Lire les articles précédents :
    5g
    Pour aller vers la 5G Il faut passer par la 4G

    En Algérie, au cours de cette décennie, la téléphonie et la data ont connu une évolution remarquable. Autrefois lourds et...

    Fermer