L'Essentiel
0

The Big Internet Museum Un musée pour la postérité

Tout compte fait, en y réfléchissant, si on n’est pas au moins trentenaire, on n’a donc jamais entendu le « bruit » que peut faire une connexion Internet. C’était l’époque du « dial-up » et l’âge d’or des « US Robotics » Une découverte pour le moins ludique et constructive. Compilée dans un site très design et à l’ergonomie très « nordique », […]

big_museumTout compte fait, en y réfléchissant, si on n’est pas au moins trentenaire, on n’a donc jamais entendu le « bruit » que peut faire une connexion Internet. C’était l’époque du « dial-up » et l’âge d’or des « US Robotics »
Une découverte pour le moins ludique et constructive. Compilée dans un site très design et à l’ergonomie très « nordique », une multitude de données nous retracent l’histoire des technologies, celle du Web et des principaux faits qui ont marqué bien des générations d’internautes. De ceux qui ont été à l’avant-garde de l’ingénierie des télécommunications au premier « lolcat » devenu une véritable légende urbaine, The Big Internet Museum est considéré comme le tout premier musée au monde totalement dédié à l’univers des technologies de l’information et des télécommunications qui soit ouvert à tous les contributeurs. Ses concepteurs, Dani Polak, Joep Drummen et Joeri Bakker, issus du milieu de la publicité et de la communication, s’étonnent même d’être les seuls à y avoir pensé sachant la vitesse à laquelle le Web évolue. « Nous avons eu une conversation au sujet de la croissance hyper-exponentielle de la technologie de nos jours et comment elle affectait Internet. Est-ce que nos enfants savent ce qu’est une barre de chargement ou connaissent-ils à quoi ressemble le signal sonore d’un modem dial-up ? Ils n’en ont probablement pas la moindre idée. C’est alors que nous avons pensé à l’idée de préserver tout cela dans un musée », affirme Joeri Bakker, l’un des initiateurs du projet. Conçu comme un véritable musée, « The Big Internet Museum » dispose d’« ailes d’exposition » avec une thématique propre à chacune et dans laquelle une « ligne de temps » nous permet de naviguer d’année en année et y lire ce qui l’a particulièrement distinguée. Tous les profils y sont représentés : scientifiques, « gamers », programmeurs, hackers? de même que toutes les époques. Le site offre également à tout visiteur la possibilité de contribuer à enrichir le contenu du site en y envoyant des « pièces historiques » qui seront vérifiées avant d’être insérées dans l’aile qu’il faut et ainsi faire partie de la collection. « Chaque élément est soigneusement étudié et vérifié. Mais nos visiteurs aussi peuvent nous aider à vérifier les faits. D’ailleurs, tout le monde peut être un conservateur de notre musée. Tout le monde peut soumettre des pièces. Et chaque pièce soumise qui devient populaire et obtient le plus de votes gagne une place dans la collection permanente. De cette façon, la collection se développe continuellement », explique encore Joeri Bakker. Bien plus qu’un musée pour le souvenir, il offre en quelque sorte le recul nécessaire pour revenir sur ce qui a fait et ceux qui ont construit le Web pour en faire ce qu’il est devenu aujourd’hui.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
C'est net @vec vous: Hamdoullah, les tablettes n’ont pas tué les PC !

Comme aurait dit un Pied-noir de Bab El Oued, voilà une nouvelle comment qu’elle est bonne ! Ouf, on a bien...

Fermer