L'Essentiel
0

Une volonté de fer en attendant les moyens

{{ {It Mag} : Tout d’abord, donnez-nous une idée sur les formations que vous avez suivies. Ont-elles un lien direct avec ce que vous avez réalisé jusqu’ici ?}} {{Mohamed Darfoul}} : En fait non. Initialement, j’ai fait des études dans le domaine du commerce international, mais j’ai toujours été attiré par tout ce qui est […]

{{ {It Mag} : Tout d’abord, donnez-nous une idée sur les formations que vous avez suivies. Ont-elles un lien direct avec ce que vous avez réalisé jusqu’ici ?}}

{{Mohamed Darfoul}} : En fait non. Initialement, j’ai fait des études dans le domaine du commerce international, mais j’ai toujours été attiré par tout ce qui est technique. Je ne me suis d’ailleurs pas privé de toucher à des domaines qui n’ont rien à voir avec les études que j’ai suivies à l’université. Mon intérêt pour le domaine technique en général a fait que je me suis formé dans plusieurs domaines, tout en faisant de petits métiers. Les métiers dans lesquels je me suis justement formé sont ceux de l’électricité automobile, la réparation d’équipements électroniques, l’infographie, la conception et la réalisation publicitaire, la ferronnerie, la menuiserie et la maçonnerie. Aujourd’hui, je peux dire que je maîtrise ces domaines à différents degrés, et cela m’aide beaucoup dans la réalisation de mes inventions.
D’un autre côté, j’ai été membre de la Ligue des activités scientifiques de la wilaya de Médéa et de l’Association nationale des inventeurs algériens (ANIA). Une manière pour moi de rester à la page et d’être au courant de ce qui se passe autour de moi.

{{Vous avez inventé un distributeur automatique intelligent pour cartes de recharge. Pouvez-vous nous donner plus de détails et combien de temps vous a-t-il fallu pour mettre au point cet appareil ?}}

Le distributeur automatique intelligent pour cartes de recharge téléphoniques a été breveté au niveau de l’Institut national algérien de propriété industrielle (INAPI) au courant de l’année. Il s’agit d’un appareil fonctionnant un peu comme un distributeur de boissons. L’appareil permet d’obtenir des cartes téléphoniques en introduisant une pièce dans une fente. Ce qui rend ce distributeur particulier, c’est le fait qu’il puisse avertir l’agent chargé de son entretien lorsqu’il ne reste plus de cartes ou lorsqu’il en reste quelques-unes seulement. L’agent reçoit un signal directement sur son téléphone portable. La machine est programmée de façon à ne pouvoir s’ouvrir qu’à des heures précises de la journée, ce qui signifie que même si quelqu’un parvient à voler la clé de la machine, il ne peut voler son contenu. En d’autres termes, la machine s’ouvre avec une clé mais à des moments précis de la journée. Dans sa forme actuelle, la machine peut distribuer deux genres de cartes, puisqu’elle est dotée d’un dispositif lui permettant d’accueillir deux rangées de cartes de recharge. Les distributeurs de cartes de recharge ne sont pas supposés être installés dans la rue par exemple, mais plutôt dans des hôtels ou même au niveau des points de vente de l’opérateur téléphonique concerné. Pour mettre au point cette machine, j’ai dû faire appel à mes connaissances dans les domaines de la mécanique et de l’électronique et des télécommunications.

{{Avez-vous proposé cette machine à des opérateurs télécom algériens ?}}

Oui. Le seul qui a répondu est OTA que je remercie d’ailleurs pour m’avoir répondu au moins. Je signale aussi que j’ai contacté d’autres opérateurs pour leur proposer mon distributeur automatique. Il s’agit des opérateurs Nedjma et Mobilis. J’ai également fait des propositions aux opérateurs Oria et Lacom en ce qui concerne la téléphonie fixe.

{{Parlez-nous de vos contacts avec Djezzy. Comptez-vous proposer votre invention à une autre société ?}}

Les responsables de Djezzy sont actuellement en train d’étudier les utilisations possibles de mon invention. Nous avons d’ailleurs parlé d’un autre appareil que je vais mettre au point prochainement.

{{Vous avez d’autres inventions. Pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi ne sont-elles toujours pas brevetées ?}}

J’ai effectivement réalisé d’autres inventions avant le distributeur de cartes de recharge téléphoniques. Il s’agit, entre autres, de la poche de sérum intelligente qui se bloque automatiquement lorsque le liquide est consommé, et ce, afin d’éviter le passage de bulles d’air dans l’organisme du patient. La poche en question attire l’attention des infirmiers à travers un dispositif particulier. J’ai également mis au point une canne pour non-voyants dotée d’un dispositif permettant à leurs propriétaires de détecter avec précision leur emplacement. J’ai en outre mis au point un système de verrouillage d’ordinateurs en appui au mot de passe qui peut être surmonté par certains initiés. Je ne peux pas trop m’étaler en ce qui concerne ces inventions car je ne les ai pas encore brevetées. Pour répondre à la deuxième partie de votre question, je dois vous dire que je n’ai pas encore breveté mes inventions pour des raisons financières. Cela coûte cher de breveter ses innovation et inventions.

{{Vos inventions nécessitent des connaissances dans des domaines tels que l’informatique, les télécommunications et l’électronique. Comment faites-vous pour maîtriser ces domaines et être au courant des nouvelles techniques sachant qu’il s’agit de domaines qui évoluent rapidement ?}}

En réalité, je fais de mon mieux pour me former de façon continue afin d’être toujours au courant des nouveautés. Je me forme à travers la lecture des magazines et de livres, mais aussi sur d’autres supports tels qu’Internet et les CD spécialisés. Toutefois, Internet reste ma principale source d’information, puisque cet outil est très riche en informations. Grâce à Internet, on peut trouver tout ce qu’on cherche.
De façon plus concrète, je me forme de manière très ciblée pour maîtriser les domaines qui touchent directement à mes inventions. Chacune de mes inventions nécessite un apprentissage spécifique, car les produits que j’ai mis au point jusqu’ici ne concernent pas uniquement un domaine précis.
D’ailleurs, il m’est arrivé de travailler dans des ateliers afin de maîtriser un métier précis susceptible de me servir lors de la fabrication de l’un des produits que j’invente. C’est justement de cette manière que j’ai appris des métiers tels que la ferronnerie, la menuiserie (aluminium et bois) ou encore l’électricité. En plus de cela, ma participation à un certain nombre de salons spécialisés m’a permis d’apprendre beaucoup de choses.

{{Avez-vous pensé à demander un financement à une banque ou à une entreprise pour pouvoir breveter et fabriquer les produits que vous avez inventés ?}}

J’ai effectivement pensé aux banques, mais malheureusement celles-ci n’accordent pas de crédit pour le genre de projets qui m’intéressent. D’ailleurs, vous le savez : on ne prête qu’aux riches, et nos banques ne s’intéressent pas à l’innovation mais uniquement à l’importation. Je vous signale au passage que j’ai bénéficié d’une aide financière de la société Neo-Sun pour breveter le distributeur de cartes de recharge.

{{Avez-vous d’autres idées pour l’avenir et quels sont les domaines que vous comptez toucher prochainement ?}}

Je pense à la mise en place d’une sorte d’organisme formé de compétences algériennes dont le but serait de soutenir les idées novatrices et de faire en sorte de les concrétiser. Il s’agira, en deux mots, d’un organisme qui aura pour charge de faire passer les idées des inventeurs algériens de l’étape théorique à l’étape de production industrielle. Autrement, jamais nos inventions ou innovations ne seront sur le marché.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
Las Vegas et l’épicier du coin

Las Vegas n’est pas seulement la capitale mondiale du jeu, c’est aussi, avec Amsterdam, Tokyo, Singapore et Washington DC, une...

Fermer