L'Essentiel
0

Utilisant les espaces télévisuels blancs : Vers des réseaux sans fil nouvelle génération

Après plus de 10 mois de tests complets dans les zones urbaines et rurales à l’intérieur et autour de Cambridge, en Angleterre, le consortium sur les espaces télévisuels blancs, qui comprend des sociétés britanniques internationales leaders en matière de médias et de technologie, a démontré avec succès le potentiel des espaces télévisuels blancs. Le consortium […]

Après plus de 10 mois de tests complets dans les zones urbaines et rurales à l’intérieur et autour de Cambridge, en Angleterre, le consortium sur les espaces télévisuels blancs, qui comprend des sociétés britanniques internationales leaders en matière de médias et de technologie, a démontré avec succès le potentiel des espaces télévisuels blancs. Le consortium a exploré et mesuré toute une gamme d’applications ; le Wi-Fi haut débit en milieu rural, la couverture pop-up et la communication émergente « de machine à machine » en milieu urbain ; et a découvert que les espaces télévisuels blancs pouvaient être utilisés avec succès pour contribuer à satisfaire une demande en connectivité sans fil sans cesse en accélération.  Ce consortium rassemble Adaptrum Inc., Alcatel-Lucent, Arqiva, BBC, BSkyB, BT, Cambridge Consultants, CRFS, CSR, Digital TV Group (DTG), Microsoft Corp., Neul, Nokia, Samsung, Spectrum Bridge Inc., The Technology Partnership plc. (TTP) et Virgin Media, et a fait preuve d’une collaboration et de partenariats sans précédent tout en coopérant étroitement avec Ofcom afin d’assurer que cette technologie puisse désormais être mise à profit par le biais d’un cadre réglementaire en faveur des consommateurs et de l’innovation au Royaume-Uni et au-delà. Le consortium a publié cette déclaration : « Etant donné l’augmentation rapide du haut débit mobile et le désir de permettre aux régions éloignées de profiter des avantages du haut débit, la nécessité d’une utilisation plus efficace du spectre n’a jamais été aussi grande. Le Royaume-Uni joue ici un rôle de premier plan en explorant l’utilisation d’un accès exempt de licence aux espaces télévisuels blancs et en développant un modèle de cadre réglementaire.
Rien de tout cela n’aurait été possible sans le soutien d’Ofcom -et la collaboration constructive et sans précédent des entreprises concernées- dans la progression ce mode révolutionnaire d’accès au spectre. » Commentant aujourd’hui les essais relatifs aux espaces télévisuels blancs, le ministre de la Communication, Ed Vaizey a déclaré : « Je me réjouis de la réussite à ce jour des essais réalisés à Cambridge concernant les espaces blancs. Un certain nombre de leaders de l’innovation, issus du Royaume-Uni et d’ailleurs, ont démontré le potentiel que les espaces télévisuels blancs pouvaient revêtir afin de répondre aux besoins en connectivité sans fil au Royaume-Uni. Des évolutions comme celles-ci appuient la position de leader que le Royaume-Uni peut occuper dans l’effort destiné à permettre une utilisation plus efficace du spectre grâce à l’ouverture d’une vaste gamme de possibilités pour les applications sans fil en faveur des consommateurs et des entreprises. Je trouve très excitante l’idée d’exploiter des dispositifs d’espace blancs pour le haut débit dans les communautés rurales, ou d’élargir la gamme et la qualité des points d’accès Wi-Fi urbains.
Ceci peut contribuer considérablement à nos réflexions lorsque nous nous interrogeons sur la manière de maximiser la valeur du spectre en-dessous d’1 GHz. Je suis impatient d’assister au prochain acte de votre progression. »
L’analyse préliminaire a conclu que Cambridge disposait d’une capacité significative en matière d’espaces télévisuels blancs -20 canaux d’espaces blancs correspondants à 160 mégahertz au total, dont 13 (104 mégahertz) ont été autorisés dans la licence de test d’Ofcom- susceptible d’être exploitée afin de contribuer à développer les réseaux sans fil existants, étendre l’accès haut débit aux zones rurales et permettre une communication machine à machine. En outre, les bases de données de géolocalisation fournies par Microsoft et Spectrum Bridge ont révélé un moyen fiable de contrôler l’utilisation des fréquences par les espaces blancs des radios, et de s’adapter rapidement aux changements dans l’utilisation du spectre par les utilisateurs autorisés. Ne demeure plus que mieux définir les paramètres nécessaires à l’élaboration du cadre réglementaire nécessaire pour permettre l’utilisation de dispositifs d’espaces blancs. Les résultats de ces travaux sont actuellement transmis aux organismes de régulations britanniques et  européens concernés. Par ailleurs, la BBC a développé la première  version d’une base de données à l’échelle du Royaume-Uni, ce qui laisse entrevoir la disponibilité typique à laquelle on pourrait s’attendre concernant les dispositifs d’espaces télévisuels blancs à la suite de l’achèvement du passage à la télévision numérique au Royaume-Uni.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

commentez car plus vous commentez plus il y aura d'échange

%d blogueurs aiment cette page :
Lire les articles précédents :
Au menu de la première rencontre algéro-malaisienne e-gouvernance, ressources humaines et cybersécurité

Lors de la conférence de presse initiée par le MPTIC, Mohamed Baït, secrétaire général du ministère, dit que « nous avons...

Fermer