L'Essentiel
0

Visite de trois ministres à Bordj Bou Arreridj L’économie numérique au cœur du développement de la PME

 Trois ministres, Madame Imane Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, M. Bouchouareb Abdesslam, ministre de l’Industrie et des Mines, et M. Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ont effectué, en date du 6 février, une visite d’inspection et de travail dans la […]

 Trois ministres, Madame Imane Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, M. Bouchouareb Abdesslam, ministre de l’Industrie et des Mines, et M. Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ont effectué, en date du 6 février, une visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj avec comme point central l’entreprise.

« Les PME sont aujourd’hui les principaux moteurs de l’économie, en Algérie comme dans le monde» a souligné Abdeslam Bouchouareb, ministre de l’industrie et des mines, lors de la visite de trois ministres à la wilaya de Bordj-Bou-Arreridj. Il ajoute que « les entreprises technologiques sont porteuses d’avenir et à l’origine du renouvellement du tissu économique.
Notre constat, qui est partagé par les entreprises, est qu’elle peine à trouver les financements en fonds propres nécessaires à leur développement, en particulier aux premiers stades de leur développement. Et pour cela, après réflexion, nous allons lancer deux fonds publics, un fonds d’amorçage et un fonds de garantie. Le fonds d’amorçage cible, dans un premier temps, les startups et intervient prioritairement sur les secteurs à fort contenu technologique ». Le fonds d’amorçage sera géré par l’ANDPM nous dit le ministre.
Cette initiative tombe à point nommée car ces acteurs de l’économie numérique évoluent dans un environnement compétitif de plus en plus féroce marqué par le changement permanent comme seule certitude. De plus, ils doivent faire face à la mondialisation avec des moyens limités par rapport aux grandes entreprises.
D’un autre côté, la visite du terrain de l’ex ERCE qui sera l’emplacement du Certic pour la Wilaya.
En effet, cette parcelle qui se trouve à l’intérieur de la zone industrielle de 4 000 m2 a été dégagée pour la construction dudit centre sans oublier l’espace dédié au niveau de l’université de Bordj Bou Arreridj. « le Certic, sera l’élément-pivot d’une stratégie de développement d’une technopole d’excellence en technologie de l’information et de la communication. » dira Imane-Houda Faraoun lors de son discours à l’université de Bordj Bou Arreridj  tout en ajoutant que « l›émergence d›un pôle visant la promotion du secteur économique et des PME innovantes dans les TIC à travers notamment, la consolidation du tissu des industries technologiques et leur intégration dans la recherche et la valorisation des investissements ».
Il faut tout de même savoir que la zone industrielle de Bordj Bou Arreridj a en son sein les fleurons de l’industrie algérienne de l’électronique et solaire, à l’image de l’unité de panneaux solaire de Condor qui permet de couvrir le marché national.
D’ailleurs dans ce sens, Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et la recherche scientifique, a estimé, pour sa part, que la création de ce pôle «révèle l’importance accordée par l’Etat algérien pour promouvoir le secteur des TIC», ajoutant que ce technopole constituera un «plus» pour le tissu économique et industriel, notamment dans le domaine de l’industrie et l’innovation technologique.
Tout en ajoutant que le choix s’est porté sur cette wilaya car «elle dispose d’un site parfaitement adapté au projet, au cœur d’une zone industrielle riche en entreprises activant dans le domaine des TIC, en sus de bénéficier d’une annexe sur le campus universitaire Bachir El Ibrahimi».
Par cette visite dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, une wilaya très dynamique, le message du gouvernement est clair : développement de l’entreprise et son écosystème. L’entreprise ! On attend beaucoup de sa vitalité pour assurer le dynamisme de notre économie et le bien-être du corps social.
Elle doit, et c’est son rôle, prendre des initiatives, innover, investir, embaucher, se montrer compétitive et vendre.

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire les articles précédents :
smartville
L’Internet des objets L’UIT va lancer un indice de performance des SmartVille

Le Secteur de la normalisation des télécommunications de l’Union internationale (UIT-IT) assemblera 150 participants de 14 États membres de l’UIT...

Fermer