C'est Net
1

Votre smartphone ouvre votre voiture et fait les courses pour vous !

Wallah, c’est incroyable les TIC ! Chaque semaine, ami lecteur d’IT Mag, tout geek que vous êtes, vous ne serez tout de même pas au bout de votre surprise : estomaqué, éberlué, abasourdi, comme votre serviteur ! Et, Wallah, je jure par le Coran et même sur la tête de votre mère et de la mienne même si […]

cestnetWallah, c’est incroyable les TIC ! Chaque semaine, ami lecteur d’IT Mag, tout geek que vous êtes, vous ne serez tout de même pas au bout de votre surprise : estomaqué, éberlué, abasourdi, comme votre serviteur ! Et, Wallah, je jure par le Coran et même sur la tête de votre mère et de la mienne même si elle est déjà morte, qu’avec les TIC et à la vitesse supersonique de leur évolution cosmique, on ne sait plus où donner de la tête ! Et je vous jure, encore une fois, que les points d’exclamation, vous pouvez en mettre autant que vous voulez. Figurez-vous que cette semaine, vous surfez sur le Net et, vroum, boum-badaboum, vous apprenez que votre smartphone peut devenir la clé de contact de votre Fiat 500 (si vous en avez une, bien sûr), et, pis encore, faire les courses pour vous, dans les hypermarchés Casino, si vous êtes parisien, bien évidemment. Mais gageons que, peut-être, Abdelwahab Rahim et Issad Rebrab, qui vous ont installé des supermarchés à l’Est d’Alger, vous le permettraient un jour, Inchallah… mais, pour ne pas perdre le contact, revenons à la clé de contact qu’est désormais le smartphone. Et figurez-vous que Fiat l’a déjà fait. Il vient de dévoiler un projet de recherche sur la technologie NFC (Near Fiels Communication), mené avec Telecom Italia.
Le constructeur automobile de Turin travaille à équiper ses véhicules d’un système d’ouverture basé sur ce dispositif de communication sans fil. Et, tenez-vous bien, c’est même plus simple qu’un clic de souris : Il suffirait d’approcher un Smartphone équipé d’une puce NFC et du logiciel Smart Keys pour débloquer les portières du véhicule. Là aussi, ami d’IT Mag, vous pouvez mettre le nombre de points d’exclamation que vous voulez… car outre le fait de se passer totalement de clé pour ouvrir puis démarrer votre Cinquecenta, le logiciel présente l’avantage de pouvoir partager l’accès de la voiture à d’autres personnes de votre entourage. Le système expérimenté par Fiat a été développé par l’Espagnol Salto Systems, un spécialiste de la sécurisation des accès. Il va être proposé en premier lieu aux entreprises, dans le cadre de la gestion de flotte, et, surtout, aux sociétés de location de véhicules. Ça vous en bouche un coin, hein ? Moi aussi figurez-vous. Jadis, pour se moquer des Kabyles d’entre nous, on racontait à Soustara et partout où il y avait des persifleurs que ces téléphages naissants appelaient la télé de papa, ce gros bidule-machinchouette en bois, « sandouk lâajav », c’est-à-dire le « coffre à merveilles ». Mais, Bon Dieu, c’est quoi les TIC si ce n’est un « coffre à merveilles » numériques ! Et là, mes aïeux, je vais jurer encore une fois, Wallah que j’ai été stupéfait lorsque j’ai appris que votre smartphone (car moi je n’en ai pas un) peut faire les courses pour vous ! En effet, le Groupe Casino lance son application mobile NFC qui permet aux utilisateurs en France de scanner leurs produits ou de gérer leur panier. Le Groupe français lance donc l’application mCasino NFC, codéveloppée avec Think&Go et téléchargeable sur smartphone NFC sous Android, iPhone (pour la lecture de codes 2D), ou Blackberry OS. Elle sera mise à la disposition de clients, courant octobre 2013, dans le supermarché du centre commercial des Belles Feuilles, dans le cossu XVIe arrondissement parisien. Ses rayons et ses 25 000 références seront dotés d’étiquettes lisibles « sans contact ».
Il suffirait donc d’approcher son smartphone de l’étiquette NFC en rayon pour sélectionner un produit, obtenir des informations tels la désignation et le prix et l’ajouter au panier d’achat. Le client peut également recevoir des offres promotionnelles affinitaires. Et, last but not the least, la carte de fidélité dématérialisée est d’ores et déjà embarquée sur le smartphone. De manière pratique, arrivé en caisse, le client présentera son mobile devant le lecteur NFC.
Et, aussi simple que le sourire de la caissière, ses achats sont alors automatiquement transférés à la caisse où il choisit ses modalités de paiement, par carte bancaire NFC, en espèces ou par chèque, ainsi que le mode de livraison. Ses points de fidélité sont également crédités sur son compte. Ami geek, vous qui, comme moi, faites vos courses chez l’épicier ou la superette du coin, ne tiquez pas lorsque vous apprendrez que Carrefour a déjà mis au point un catalogue interactif sur un mur numérique tactile ! Oui, oui, c’est bien ce que vous lisez et c’est bien ça que j’ai appris encore en naviguant, au gré des sites. Plus inventive que jamais, la grande surface va inaugurer cet automne deux nouveaux canaux numériques d’achat. A Lyon, seront dressés des « murs de commandes NFC » dans des zones de passage de transports en commun. Des affiches de commandes dans la rue, sur les abribus ou dans les stations de métro proposeront une offre produit et permettront, via une étiquette NFC, un QR code (code matriciel datamatrix que peut lire votre Smartphone) ou un code-barres, de commander, de payer, de se faire livrer ou de retirer son panier en magasin. Enfin, mais ce n’est pas encore la fin, le Casino Digital Wall, c’est-à-dire le mur numérique interactif, codéveloppé avec la société Adactive, sera expérimenté dans la capitale française. Ce grand écran, couplé à une solution de détection de présence, se mue instantanément en catalogue produit interactif.
Le consommateur sélectionnera alors en mode tactile des articles pour se constituer un panier (pour nous un couffin) et le transférera à son Smartphone afin de régler, en utilisant, bien sûr, l’application mCasino. Le paiement s’effectuera en prenant en photo le QR code, présent sur l’écran, et le client choisira ses modalités de livraison. Emballez, c’est pesé ! Un slogan-pub anglais pour je ne sais plus quel produit, affirme: to change is difficult, not to change is fatal. Ah, le ringard que je suis se rappelle aussi que George Clémenceau disait aussi que seuls les imbéciles ne changent pas. Moi, ami geek d’ItMag, j’aime mon couffin en alpha et mon épicier kabyle du coin, à Alger. Comme disait Julio Iglesias, « moi, je n’ai pas changé », mais vive les TIC quand même !

Share:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Written by itmag2003

There is 1 comment

  • hamza dit :

    intéressant

  • Leave a comment

    Want to express your opinion?
    Leave a reply!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Lire les articles précédents :
    Après dix ans de labeur et d’innovation Condor lance deux smartphones

    Toute la question est donc de savoir dans quelle mesure Condor pourrait réajuster sa stratégie et, mieux encore, « aller...

    Fermer