Du simple au double en trois ans

L’importation des téléphones portables a connu une évolution vertigineuse durant ces dernières années. C’est, du moins, ce que révèlent les chiffres du Centre national de l’informatique et de statistique (CNIS) des Douanes algériennes.
De façon globale, les quantités importées ont connu entre l’année 2003 et l’année 2005 une augmentation de plus de 100%. Un taux qui révèle, à n’en point douter, le boom qu’a connu le marché de la téléphonie mobile en Algérie.
D’après les chiffres du CNIS, l’Algérie a importé 612 156 téléphones portables. Un chiffre qui atteindra, une année plus tard, 1 090 127 unités contre 2 062 060 en 2005. Durant l’année 2003, les importations ont atteint, dans ce domaine, une valeur de 97 823 794 dollars contre 118 076 342 dollars en 2004. En 2005, l’importation des téléphones portables a augmenté de plus de 45 millions de dollars, atteignant le chiffre colossal de 165 903 425 dollars.
Il est important de signaler, à ce propos, que l’augmentation enregistrée durant ces trois années est exponentielle, puisque la différence entre les deux premières années n’excède pas les 22 millions de dollars, alors qu’elle monte en flèche entre l’année 2004 et 2005. Le même constat est à faire lorsqu’il s’agit de comparer en termes de quantités. La différence entre l’année 2003 et 2004 est de l’ordre de 400 000 unités à peu près. Entre 2004 et 2005, par contre, la différence entre les quantités importées entre ces deux années est de près d’un million d’unités. Tout porte à croire, à la lumière de ces chiffres, que l’année en cours connaîtra une nouvelle augmentation en matière d’importation des téléphones portables. La différence entre l’année 2005 et 2006 sera manifestement encore plus large au vu de la demande sur les mobiles en tous genres mais aussi en raison de l’élargissement du champ d’activité des opérateurs téléphoniques sur le territoire algérien. La politique d’expansion adoptée par les trois opérateurs téléphoniques implique un nombre plus élevé d’abonnés, ce qui fait évoluer, de façon naturelle, la demande sur les appareils téléphoniques portables.
D’un autre côté, la révision à la baisse des tarifs téléphoniques mais aussi la réduction des prix des puces décidés, à plusieurs reprises, par les trois opérateurs ont suscité une grande demande sur les mobiles. D’autre part, il est important de signaler que l’introduction régulière de nouveaux modèles de téléphones portables a été à l’origine d’une régulière baisse de prix. Un autre élément qui a favorisé l’introduction de nouveaux appareils. Un résultat somme toute logique puisque l’offre a été fortement stimulée par la demande induite par cette baisse des prix.
Sur un autre plan, de nombreux spécialistes du domaine ont été surpris par l’évolution fulgurante du marché algérien de la téléphonie mobile. Ce marché a dépassé les huit millions d’abonnés en seulement quelques années alors qu’on s’attendait à ce que ce chiffre soit atteint vers l’année 2010. Cette évolution spectaculaire a, notons-le, provoqué un véritable engouement sur le marché algérien de la part de nombreuses entreprises spécialisées dans le domaine de la téléphonie mobile. Un autre élément qui devra avoir pour conséquence directe une nouvelle baisse des prix et, donc, davantage d’importations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *