Des imprimantes Lexmark d’avant-garde à moindre prix

Le 23 mai dernier s’était tenu un séminaire informatif animé conjointement par le fabricant de solutions d’impression Lexmark et King Line Computer (KLC), entreprise algérienne de microinformatique. Journée durant laquelle les revendeurs de la marque ont eu tout le loisir de découvrir les différents modèles d’imprimantes, aussi bien à jet d’encre, laser que matriciels, exposés par MM. Yassine Hamouda et Matteo Nicolo, l’un représentant du fabricant en Algérie et l’autre directeur des ventes. Occasion également pour les convives de mesurer le «challenge» qu’est celui de Lexmark sur le débouché algérien de l’impression, décrit ainsi par M. Nicolo.
Propriétaire de sa propre technologie, Lexmark s’est obstinément focalisée sur son c?ur de métier si bien qu’elle produit pour d’autres fabricants comme Dell ou IBM des composants pour diverses machines d’impression tels que les moteurs.
Tant dans le segment de l’impression laser, à jet d’encre que matricielle, «l’innovation est le maître mot de Lexmark», dira
M. Nicolo, reconnaissant que «le marché le plus important pour nous se situe dans les imprimantes matricielles», sachant que la marque se repose sur «une structure de prix voulue agressive». Et pour plaire encore plus à sa clientèle, Lexmark, par la voix de son directeur des ventes, prévoit d’affermir son service après-vente, à travers bien sûr ses revendeurs locaux ici en Algérie, et d’offrir à celle-ci la possibilité d’échanger son matériel qui poserait problème selon la formule «échange standard» qui lui garantit une machine toute neuve contre celle qui ne fonctionnerait plus.
Pour sa part, l’intervention orale de
M. Hamouda s’articulera principalement autour des différentes références signées Lexmark et de leurs attributs techniques et fonctionnels. Des modèles qui, pour certains, disposent de la fonction PicBridge permettant d’imprimer des photos directement à partir un appareil photo numérique, et d’autres qui contiennent une seule tête d’impression pour un rendu noir et blanc-couleurs «mono-tête». «Une stratégie qui a payé», à en croire M. Hamouda. Les PME-PMI sont aussi bien servies que les particuliers surtout en ce qui concerne les imprimantes réseaux. En effet, dans le souci d’une stricte efficacité et d’une économie de coût rigoureuse, un administrateur réseau peut bloquer l’option de couleur, en créant un «loggin» utilisateur, et ne permettre que l’édition en mode monochrome ; autrement dit, «verrouiller l’imprimante sur mode monochrome et créer une autorisation d’accès à la couleur». De la sorte, les abus d’usage en entreprise sont évités et l’impression redevient «pertinemment» professionnelle. D’autres technologies habillent la gamme Lexmark, notamment des senseurs qui détectent le type de grammage de papier, donc le genre d’impression et la quantité d’encre à injecter, ce qui évite, par conséquent, l’épuisement rapide du toner et le bourrage papier. Un tour de piste des différents modèles de Lexmark, de la plus basique à la multifonctionnelle, qui ont pour point une économie d’encre jusqu’à 40%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *