«Partenariat et promotion de site Internet culturel»

{{ {IT MAG} : Qu’en est-il des objectifs des entreprises françaises à développer leurs activités à l’export, notamment en Algérie ? Et est-ce que des marchés on été conclus depuis le dernier Salon de 2007 ?}}
{{Sylvie Reforzo}} : Concernant les objectifs des entreprises françaises, il s’agit pour la majorité de conclure des accords de partenariat avec les entreprises algériennes. Parmi les types d’accord, il s’agit de distribution en Algérie de nouvelles solutions ou matériels déjà existants sur le marché français, de recherche de sous-traitants algériens (développements informatiques, etc.), mais aussi de partenariats plus stratégiques comme la création commune d’une nouvelle offre spécifique pour le marché algérien.
Il y a aussi des entreprises françaises ayant une filiale en Algérie ou déjà un partenaire local souhaitant présenter ses solutions aux donneurs d’ordre locaux (directions générales, directions informatiques).
Concernant votre question sur les marchés conclus l’an passé sur le Salon, sur les 100 exposants, nous avions 35 sociétés qui avaient demandé à bénéficier d’un planning de RDV, ce qui a représenté en tout plus de 700 RDV organisés sur les deux jours du Salon.
Bien sûr, vous comprendrez aisément que nous ne sommes pas en mesure de suivre les retombées de ces 700 RDV, mais néanmoins il est vrai que nous en sommes les instigateurs.
Notre mission est la mise en relation, pas le suivi des projets. Il nous arrive d’être au courant de certains accords lorsque les exposants veulent bien nous en faire part et qu’ils peuvent sortir de la confidentialité. Par exemple, nous savons qu’un accord a été conclu entre l’université de Versailles et la Télévision Algérienne l’an passé pour la mise en place de formations à distance.
{{Les call center sont une nouveauté en Algérie. 20 centres sont déjà mis en service, alors qu’il en existe 140 au Maroc où les Français sont bien présents. Y a-t-il une initiative de la part de partenaires français intéressés par le marché algérien dans ce domaine qui sous tutelle du ministre algérien des Télécommunications ?}}
Oui, les entreprises françaises semblent très intéressées par le marché prometteur des call center en Algérie. Mais au niveau du Salon, nous avons plus d’exposants français proposant des solutions (logiciels CRM, VOIP, équipements casques, etc.) que des call center français intéressés pour se délocaliser en Algérie. En effet, en Tunisie et au Maroc, il existe des offres très attractives pour promouvoir les délocalisations (zones franches, bureaux et locaux équipés à moindre coût, etc.). L’Algérie se doit d’être plus attractive pour attirer les investisseurs du secteur IT. Lors du Salon, et concernant les créateurs de call center en Algérie, nous allons aborder la question sous un autre angle, à savoir faut-il cibler le marché offshore (comme le font la plupart des call center tunisiens et marocains) ou le marché local ? C’est une vraie question sur laquelle il faut se pencher.
{{Vous dites qu’en Tunisie et au Maroc les conditions sont plus attractives. Quels sont les facteurs inhibant que les sociétés françaises appréhendent en Algérie et les contours des questions relatives à la formule offshore ?}}
Je ne pense pas vraiment qu’il y ait de facteur inhibant pour les entreprises françaises à venir en Algérie, mais plutôt que dans les autres pays, des efforts sont faits pour attirer les investisseurs. Quant à la conférence sur les call center, la question, c’est d’étudier quel est le marché à cibler pour les créateurs de call center algériens : marché local ou étranger (offshore).
{{En quoi consistera la promotion en ligne de la culture algérienne, la multiplication des partenariats entre les professionnels du secteur IT, de l’éducation, du multimédia et de la culture à travers l’organisation du concours du meilleur site web algérien ?}}
La diffusion de la culture constitue un important instrument pour favoriser le respect et la compréhension mutuelle des peuples au-dedans et au-dehors des frontières de l’Algérie. L’Algérie regorge de richesses. Il est important de mieux les faire connaître tant en dehors qu’au dedans du pays. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, ce patrimoine culturel peut être mis à la disposition d’un très vaste public. Placé sous les feux de la rampe, ce concours va permettre de faire connaître et de valoriser les meilleurs sites culturels algériens (en effet, ces sites sont souvent non lucratifs, et les créateurs n’ont pas les moyens de communiquer). Les lauréats du concours auront une reconnaissance officielle tant par le panel d’experts internationaux (membres du jury) que par les autorités (ministères de la Culture et des PTIC) pour l’importance de leur travail.
Nous sommes heureux de constater cette prise de conscience de tous les acteurs, puisque nous avons obtenu de nombreux cadeaux qui seront offerts aux lauréats par les professionnels IT (ordinateurs, écrans professionnels, logiciels de graphisme…), par les médias (des interviews sont déjà programmées par nos partenaires presse, comme IT MAG, afin de faire connaître les réalisations des lauréats), par les professionnels de la culture qui vont contribuer à donner de la matière (livres, musique, etc.) afin d’enrichir encore les contenus de ces sites. Ce concours va permettre aussi de repérer les talents algériens en matière de création numérique. Il est à noter que ces talents sont un atout majeur et sont très recherchés parmi les nouveaux métiers en vogue de la société de l’information. Ce sera aussi l’occasion pour le lauréat du 1er prix de se faire connaître au-delà des frontières, grâce à l’accord que nous avons passé avec le Word Summit Award (concours mondial des meilleurs contenus électroniques). En effet, ce lauréat sera retenu dans la catégorie E-Culture pour représenter l’Algérie lors de la prochaine édition de ce grand concours mondial qui aura lieu en mai 2009 au Mexique. A noter qu’à ce jour, nous avons 65 inscrits et il reste encore 15 jours pour recueillir d’autres inscriptions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *