L’administration se rapprochera du citoyen

Au cours de cette journée marathon sur «l’administration électronique », le premier responsable du secteur n’a pas cessé de parler de la généralisation de l’utilisation des TIC dans les administrations et institutions algériennes. La modernisation de l’administration, à travers es TIC, permettra au citoyen de régler ses problèmes quotidiens sans tracas.
Pour le ministre, plus de 400 services ont été identifié et qui peuvent être numérisé mais pour cela il insiste pour avoir une démarche et une définition claire et précise des objectifs à atteindre. Il reviens sur la nécessité d’accorder la priorité aux SSII et professionnels des TIC pour initier des projets d’investissements dans ce domaine. En effet, dans le cadre de la stratégie e-Algérie 2013, l’administration électronique occupe une place importante et cela ne peut être fait sans une accélération de l’usage des TIC, qui in finé aboutira à mettre des services à l’intention des citoyens. Qui faut il le rappeler doit être ce pour quoi on veut moderniser l’administration. Des objectifs spécifiques pour développer la e-administration, tels que le parachèvement des infrastructures informatiques, la mise en place de systèmes d’information intégrés, l’accroissement des compétences humaines et le développement des services en ligne à destination de tous les usagers (citoyens, entreprises et autres administrations) sont aussi fixés
{{Le citoyen comme élément central}}
La numérisation, l’archivage et la mise online des documents administratifs peuvent impulser une « nouvelle dynamique » à destination du citoyen.
En un mot, l’administration électronique est la même chose que ce qui se faisait avant en utilisant beaucoup de papier, registre et autre chaîne pour décrocher un document. En utilisant des moyens technologique –ordinateur, dadacenter, base de données …- cela permet la diffusion de service en ligne à l’intention des citoyens et des entreprises ; Résultat tangible et immédiat : moins de papier et moins de chaîne.
Un exemple et malheureusement le seul : le cassier judiciaire. Avant la mise en place de l’informatisation du casier judiciaire, il fallait plusieurs mois pour décrocher ce document. Aujourd’hui, et c’est une réalité, il faut simplement tapoter votre écran et vous avez votre document.
Le ministre ira plus loin en voulant impulser une nouvelle dynamique à l’attention des entreprises algériennes qui voudrait investir dans ce domaine et sa volonté est d’instaurer des trophées qui seront décernés aux entreprises et administrations les plus innovatrices dans ce domaine mais aussi des trophées qui récompense les meilleurs services en ligne offerts.
L’introduction des TIC et le renforcement de leur usage au sein de l’administration publique engendreront une transformation importante de ses modes d’organisation et de travail car ses clients principaux sont le citoyen et l’entreprise. Une première opération,qui est en cours de réalisation nous dit-on, portant sur la création du premier portail du citoyen appelé «  El Mouatten », véritable guichet unique ou il peut accéder à toutes sortes d’informations fiable ayant trait à ses différentes préoccupations.
Mais pour arriver à cela, et tout les experts présents l’ont dit, ce sera l’infrastructure télécom qui est l’élément critique. Des efforts seront déployés et un financement sera débloqué pour mettre à niveau le réseau téléphonique fixe afin de l’adapter au haut débit.
Pour mieux suivre et mettre la lumière sur ce qui se fait, les intervenants ont appelé tous les secteurs à offrir des services  en ligne et proposé d’organiser le forum
«e-daratic 2009» tous les 6 mois au  lieu de chaque année actuellement. 2010 risque d’être l’année « online » du citoyen.
Effet d’annonce ou réalité, seul l’avenir nous le dira

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *