Taser à la rescousse des parents soucieux


Les parents pourront contrôler le contenu des téléphones portables de leurs enfants. «Il s’agit de revenir à la façon vieux jeu d’être parent, dans le monde portable», a déclaré le co-fondateur de Taser, Tom Smith, un exposant au grand salon de l’électronique (CES) de Las Vegas (ouest des Etats-Unis). «Mobile Protector», une application conçue par Taser, permet de prendre de fait le contrôle du téléphone portable des enfants. «Parce que, quand vous donnez un téléphone portable à votre enfant, vous ne savez pas à qui il parle, ce qu’il envoie par texto…», explique M. Smith à la police. Avec ce programme, un tableau de bord apparaît sur l’ordinateur ou le téléphone des parents : une alarme se déclenche chaque fois qu’un numéro inconnu appelle le téléphone de l’enfant, les textos, courriels, photos et vidéos peuvent être passés en revue pour détecter gros mots ou contenus osés : «Vous pouvez voir un cliché et décider si vous laissez passer ou non.»
Enfin, le parent a la possibilité de totalement bloquer l’usage du téléphone surveillé : «Je vois tellement de parents qui se battent avec leurs enfants en essayant d’obtenir qu’ils débranchent le téléphone pendant le dîner», justifie M. Smith. Le parent a désormais le pouvoir de dire à son enfant : «Tu sais quoi ? Pendant l’heure qui vient, pendant le dîner, ton téléphone ne va pas marcher.»
«Ou s’ils font une bêtise : ‘tu sais quoi ? Tu es puni, pendant 48 heures tu n’auras pas de téléphone’.»
Le programme permet également d’écouter des conversations, mais M. Smith assure qu’il ne s’agit pas de permettre d’espionner : «Cela sera annoncé aux deux parties», dit-il, «c’est un effort de collaboration». Il précise également que les restrictions posées aux appels de ou vers des numéros inconnus peuvent être progressivement assouplies : «On peut commencer en étant très restrictif, et puis assouplir les restrictions une fois que la confiance revient», dit-il.
La reconnaissance de numéros inconnus donne la possibilité de retrouver l’identité de la personne qui veut joindre votre enfant : «Je peux bloquer l’appel, l’autoriser ou répondre, et demander qui c’est avant de passer à la communication à mon enfant.» Et puis, «s’il s’agit de Mamie dont j’ai oublié (d’autoriser le numéro), je peux cliquer : ‘toujours autoriser’, et ce numéro ne déclenchera plus jamais d’alerte.» Les téléphones dotés d’une fonction GPS peuvent également apparaître sur une carte, montrant en permanence où se trouve l’enfant – ou du moins son téléphone. «Quand il est à l’université, je n’ai pas besoin de savoir où il est, mais pour les jeunes enfants, je veux savoir où ils sont.»
Enfin, le Mobile Protector a une composante de «secours» pouvant permettre de localiser un enfant disparu : «J’ouvre la page ‘communiquer les données’, et tout ce qui est connu, la dernière localisation identifiée, les numéros de téléphone, les textos, tout ça va arriver chez les forces de l’ordre locales», explique M. Smith. Taser s’intéresse aussi à la protection des conducteurs, avec un dispositif connecté au téléphone par la technologie Bluetooth.
«S’il s’agit de quelqu’un qui vient d’avoir son permis, le téléphone sera désactivé, il ne pourra pas envoyer de texto au volant, ni utiliser le téléphone», explique M. Smith. «Quand il grandit, on peut décider de permettre la fonction d’appel sans les mains, mais continuer à bloquer les textos.»
Ces deux dispositifs de sécurité doivent être vendus à partir de l’été prochain aux Etats-Unis, accompagnés d’un abonnement de 10 à 30 dollars par mois, selon les options choisies. M. Smith assure qu’il est le seul sur le marché à proposer des dispositifs aussi complets : il y a des outils disparates, mais «personne n’a tout mis ensemble» comme Taser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *