Malgré une légère hausse dans les ventes mondiales : Nokia chute sur son troisième trimestre

Les mois et les trimestres semblent désormais se ressembler pour Nokia, qui, hier encore, était le  « numéro un » de la croissance et des ventes de mobiles. Aujourd’hui, erreur stratégique, changement de comportement ou extension du marché, le fabricant finlandais voit sa rentabilité s’effriter et, par conséquent, s’éloigne du marché. La Bourse faisant le reste.
D’après les chiffres qu’a publiés Nokia, 2010 aura été une très mauvaise année même s’il affiche un chiffre d’affaires en hausse de 6% d’une année sur l’autre avec 12,7 milliards d’euros. Cependant, il publie un résultat opérationnel de 3,2 milliards d’euros, en baisse de 9%, ce qui est important sur un an. En effet, sur les trois derniers mois de l’année, Nokia voit sa marge d’exploitation de sa branche mobile perdre 4,1 points. Même si Nokia reste le leader incontesté des mobiles en volume, sa domination s’exerce avant tout dans le segment de l’entrée et du moyen de gamme, notamment dans les pays émergents, bien qu’il n’ait aucune usine dans ses contrées. L’entrée en force d’équipementiers chinois sur ce segment risque encore de mettre en repli l’équipementier européen.
Il ne faut pas aller chercher bien loin les explications de ce repli. Nokia n’a pas pu prendre le virage des smartphones, écrasé par Apple, Android et même le « vieux » Blackberry, même si Nokia a choisi le fondeur Intel pour lancer son système d’exploitation Meego.
Manque de vision, manque de visibilité et surtout un management finlandais qui ne comprenait pas que le marché était en train de changer. Malgré les récents changements dans le management, Nokia ne parviendra pas à retourner la situation et sa marge opérationnelle ira encore en baisse au 1er trimestre 2011. La Bourse pour le moment regarde Nokia avec prudence et attend de bonnes nouvelles pour 2011. Rappelons que globalement, au cours du 4e trimestre 2010, le groupe finlandais a vu le volume de ses ventes de combinés mobiles baisser de 3% à 123,7 millions d’unités, alors que le marché était en hausse très sensible. Sa part de marché s’effrite et passe de 35 à 31% sur un an. L’industrie du mobile a changé et il est temps pour Nokia de changer encore plus vite. Le constat étant fait, il reste désormais à passer de la parole aux actes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *