Le fondeur rend publics ses chiffres : Résultats « historiques » pour Intel

Le géant mondial des microprocesseurs Intel vient de publier ses résultats d’affaires pour 2010 qu’il considère, par la voix de son président-directeur général, Paul Otellini, comme « historique ». Intel Corporation a annoncé des recettes de l’exercice 2010 de 43,6 milliards de dollars, avec un bénéfice d’exploitation estimé à 15,9 milliards de dollars, le bénéfice net étant, lui, de 11,7 milliards de dollars. La société a généré environ 16,7 milliards de dollars en trésorerie provenant de ces opérations, ce qui lui a permis non seulement de verser des dividendes en espèces de 3,5 milliards de dollars, de quadrupler ses primes à ses employés mais également d’utiliser 1,5 milliard de dollars pour racheter 70 millions de d’actions ordinaires. Rien que pour le quatrième trimestre, Intel a affiché des revenus de 11,5 milliards de dollars. Toujours dans la même période, la société a déclaré un bénéfice d’exploitation de 4,3 milliards de dollars et un bénéfice net de 3,4 milliards de dollars, tous deux ayant atteint un niveau record. Et le premier responsable du fondeur ne cache pas son enthousiasme. « 2010 a été la meilleure année dans l’histoire d’Intel. Nous pensons que 2011 sera encore meilleure », a déclaré à ce propos Paul Otellini, président-directeur général d’Intel. Ces résultats ont été rendus possible grâce à une très forte demande de sa gamme Atom mais aussi aux fabricants de gros servers dont la demande ne cesse de croître, suivant l’explosion du trafic Internet, dont il dira, dans une déclaration rapportée par le Monde, que « l’ensemble du trafic Internet a été d’environ 245 exaoctets [un exaoctet = un milliard de milliards d’octets], ce qui est  plus que toutes les années précédentes combinées. » Ce qui ouvre la voie à une année 2011 de bon augure. Intel se fait une projection de résultats qu’elle estime à des revenus de 11,5 milliards de dollars, avec une marge de plus ou moins 400 millions de dollars et une marge brute arrêtée à 64%. L’entreprise compte investir un peu plus de 3,4 milliards de dollars dans la recherche et le développement pour la même année. S. T.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *