L’entreprise a fait du social-gaming sa spécialité : Zynga, « un business-model » réussi

Le  social-gaming est devenu le nouvel eldorado des développeurs de jeux vidéo, cela dit, seule la société Zynga a pour le moment pu tirer son épingle du jeu et accaparer la part du lion dans ce marché estimé à plus de 835 millions de dollars ; selon le rapport Inside Virtual Goods – The future of Social Gaming et ce, rien que pour l’année 2010. Selon les spécialistes de la question, ce chiffre devrait tripler dans les trois prochaines années.
Zynga est une société créée en 2007, spécialisée dans l’édition de jeux vidéo en ligne (gratuits) disponibles sur les plates-formes de réseaux sociaux, tels que Facebook. Selon les estimations des experts, la société Zynga vaudrait 4 milliards de dollars pour l’année 2010, auxquels s’ajoutent plus de 500 millions de dollars d’investissement, ce qui porterai sa valorisation à 4,5 milliards de dollars.
Zynga, c’est avant tout FarmVille, un jeu de simulation de ferme en temps réel disponible sur le réseau social Facebook depuis 2009. Le concept de FarmVille est tout simple : il donne aux joueurs la possibilité de gérer une ferme virtuelle, en plantant, en cultivant et en récoltant des fruits virtuels par exemple. A ce jour, FarmVille compte 83 millions d’utilisateurs dans le monde. Il est à ce jour la plus grande communauté de joueurs en ligne, laissant loin dernière les « nolife » du MMORPG de Blizzard, World of Warcraft (WOW) avec ses 12 millions d’abonnés.
Pour cette année, Zynga récidive avec son jeu « CityVille », un jeu de gestion d’une ville virtuelle comme fut à son époque les séries développées sur PC « Sim City ». CityVille a été un succès fulgurant comme le fut FarmeVille : on compte aujourd’hui plus de 15,5 millions d’utilisateurs journaliers.
Le business-model de Zynga repose sur le développement de jeux en ligne gratuits, intégrés dans les grandes plates-formes du Web aujourd’hui, comme Yahoo! ou Facebook.
Ses jeux sont très scénarisés et très addictifs et les joueurs sont amenés à rester le plus longtemps possible devant leur ordinateur, en leur offrant la possibilité d’acheter en ligne objets et autres artifices qui les feront évoluer dans le jeu, récoltant au passage ses « parts » dans chacune des transactions effectuées.S. M.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *