Recrutement

On parle de contenu et c’est Intel qui s’y colle. Cela prête au sourire mais Karim Bibi-Triki en est l’organisateur. C’est donc autre chose. Beaucoup de curiosité et votre serviteur en plein bouclage y va. Je me suis dit que l’on va rentrer dans la chimie et autre élément extrêmement dangereux pour l’homme. Il n’en fut rien. C’est un Tom Burns, directeur « Content et Service » au sein d’Intel qui commence sa prestation par un « le monde change : aujourd’hui, la plus importante ressource est la connaissance », balayant d’un revers de main le pétrole et ses 110 dollars en Bourse. Formation, éducation sont les maîtres mots des deux présentations qu’il a faites car, dit-il, Intel consacre « 3,5% de son chiffre d’affaires » à ces deux domaines. Il ajoute, comme si de rien, de l’opportunité et il met le doigt sur ce qui pourrait être développé : l’arabe. En y regardant de plus près, il n’a pas tort mais il nous fait tourner vers le sud alors que nous regardons vers le nord.
Slide après slide, le directeur du contenu d’Intel parle de broadband, application, puissance de calcul et toujours en brandissant haut et fort un smartphone, qui coûte une année de salaire à un smicard. Et plus, d’un coup : et si ce n’était qu’un service de recrutement « haut de gamme ». Avec ses 92 000 employés dans le monde et où il y a moins de 0,1% venant de notre région, Intel serait-elle en train de chercher de nouvelles têtes mais aussi de nouvelles idées ? Beaucoup me diront « Non, tu te trompes ». Pour une fois je voudrais bien me tromper !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *