Extinction de l’analogique Ruée sur les récepteurs TNT

L’engouement  des Algériens pour la parabole d’une part et les chaînes françaises d’autre l’autre part, est tel que l’on constate ces derniers jours un afflux particulier  pour l’acquisition des récepteurs  TNT (collectifs individuels)  pour capter ces chaînes retransmises par satellites
Finis les vieux démodulateurs analogiques qui avaient envahi les foyers algériens au début des années 1990. En effet,  depuis le 29 novembre 2011, la diffusion analogique de la télévision a cessé en France et dans les pays limitrophes, comme c’est le cas  de l’Algérie, qui  capte les chaînes françaises. Ainsi, les Français tout comme les Algériens ont vu  le bouquet analogique qui comporte les six chaînes hertziennes de télévision nationale française inaccessibles. Avec le verrouillage en grande partie des chaînes  analogiques satellitaires, les téléspectateurs algériens  se retrouvent  avec un nombre réduit de chaînes francophones, notamment celles incluses dans  le bouquet Fransat émis par satellite à accès restreint. Suite à quoi, les habitudes des téléspectateurs Algériens sont quelque peu  bouleversées. L’engouement  des Algériens pour la parabole d’une part et les chaînes françaises d’autre l’autre part, est tel que l’on constate ces derniers jours un afflux particulier  pour l’acquisition des récepteurs  TNT (collectifs individuels)  pour capter ces chaînes retransmises par satellites. Ainsi,  après l’extinction de l’analogique, si certains Algériens se sont reconvertis au numérique, d’autres se ruent  sur les récepteurs  TNT par satellite qui sont en vente  sur le marché. A Alger, par exemple, bon nombre d’Algérois ont en déjà  acquis. « Aston MEOSAT Récepteur » est un modèle récepteur  TNT  qui se vend bien.  Cédé entre 20 000 et 25 000 dinars, cet appareil à la fois démodulateur et décodeur peut décrypter  une trentaine de chaînes françaises telles que France 2, Arte, TMC, TF6, Direct 8, LCP qui  arrivaient en tête en termes d’audimat en Algérie. Au grand bonheur des téléspectateurs algériens,  ces  récepteurs ont supplanté les vieux démodulateurs analogiques, désormais  inopérants. Il est utile de noter le taux de couverture par le réseau de diffusion de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) sera de l’ordre de 95% d’ici à fin 2014, à en croire Abdelmalek Houyou, directeur général de Télédiffusion d’Algérie (TDA). Reste que pour les 5% des téléspectateurs, ils  devront être couverts par l’utilisation du satellite, compte tenu de l’acquisition d’équipements de TNT pour 93 sites.  Le projet de télévision numérique terrestre, déjà opérationnel depuis 2011 au niveau de sept  sites de diffusion situés dans la région nord du pays, a nécessité la mobilisation de plus de 4 milliards de dinars et la mise en service de 9 émetteurs  à la fin de l’année écoulée. Par ailleurs, d’ici à 2010, ce sont 120 chaînes de télévision haute définition (HD) qui devraient être disponibles en Europe. Les utilisateurs jugeront nécessaire que la TNT en clair soit également diffusée en haute définition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *