Chronique GeekWeek : La 3G et la 3D au coude-à-coude

L’année 2012 commence comme l’année 2011 s’est terminée : avec les promesses de la 3G. Après avoir donné plusieurs dates, Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, affirme que la téléphonie mobile de 3e génération  pourrait être lancée avant le 5 juillet prochain. Le ministre reste quand même dans le vague en utilisant le verbe « pourrait » car jusqu’à cette échéance imprécise, beaucoup d’eau coulera sous les ponts. En prenant des gants, il cherche surtout à se mettre à l’abri des critiques auprès de l’opinion publique. La 3 G est scrutée en Algérie par les opérateurs comme le hilal du ramadhan. Paraîtra ? Paraîtra pas cette nuit ? Et si ils insistent beaucoup, c’est parce qu’elle représente « un marché dépassant les 30 millions de téléphones mobiles, exploités par plus de 25 millions d’Algériens », dixit le ministre. C’est aussi une occasion en or d’augmenter les profits et soigner l’APRU. Le marché a besoin d’un coup d’accélérateur pour scintiller de nouveau.
Apparemment le chiffre 3 est à l’honneur puisque les constructeurs présents en Algérie (Samsung, Sony, LG, Panasonic, Panasonic, Condor…) ont décidé de surfer sur la vague de la 3D avec des téléviseurs de nouvelle génération. Et ce n’est pas les arguments marketing qui manquent. Chacun promet aux potentiels clients une expérience inédite. Une autre manière de voir les feuilletons turcs qui ont un succès retentissant auprès des femmes, une version plus tonique de la série française « Plus belle la vie ». Pour les fous du foot, c’est aussi une occasion d’être plus près du déroulement du match. Le téléspectateur est plongé en immersion dans l’ambiance du stade, impression renforcée par le fait que les commentateurs n’ont pas encore pris l’antenne. De quoi vivre de nouvelles sensations fortes en images. Les téléviseurs en 3D, un pari risqué mais sans doute nécessaire pour offrir toujours plus de contenu à des spectateurs qui se détournent de plus en plus de la télévision au profit des sirènes du Web et l’Internet. Le discours des « commerciaux » dans les rayons des magasins est de plus en plus rôdé et chacun vous donnera ses astuces pour mieux choisir un téléviseur de ce genre ? Mais certains n’ont pas attendu leurs explications, cette nouvelle technologie est déjà dans leurs salons ! C’est devenu un effet de mode et on a tendance à lui attribuer tout et n’importe quoi?
Autre information à retenir : Algérie Poste veut devenir un opérateur de téléphonie mobile virtuelle (MVNO). Celle-ci a déjà opté pour l’opérateur public Mobilis pour l’accompagner dans son projet.
Il a calqué sur le modèle de Virgin Mobile, entre autres. En gros, il va  procéder à l’achat et la vente de minutes ! Après le partenariat public-privé, voici venu le partenariat public-public qu’on est tenté de qualifier « Entre nous ». Le projet permettra à Algérie Poste de réaliser des revenus supplémentaires, et s’affranchir de sa  dépendance aux subventions de l’Etat dans les projets d’investissements. Il s’agit aussi de compenser la baisse des volumes de courrier.
Si l’idée parait généreuse, d’aucuns ne peuvent pas s’empêcher de critiquer. Algérie Poste devra  songer à améliorer l’acheminement du courrier avant d’aller vers la téléphonie. Si sous d’autres cieux, des sociétés dans les secteurs des médias, télécoms, distribution et banque se sont déjà lancées et ont commercialisées leur offre, Algérie Poste est-elle prête à faire le grand saut dans l’inconnu ? La mentalité de ses employés est-elle à même de réussir cette opération car la MVNO exige une organisation et d’autres réflexes de travail. Au-delà du pessimisme des uns et des réserves des autres, Algérie Poste a un bon coup à jouer. Alors puisons dans le jargon footballistique : balle au centre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *