Les opéraeurs sont tenus de s’y conformer Le délai de dépôt des offres fixé au 31 mars

Le premier responsable du secteur des TIC n’a pas donné de précisions relatives à la nature des difficultés qui ont entravé le processus du projet
La téléphonie mobile de troisième génération (3G)  pourrait être lancée avant le 5 juillet prochain, a indiqué dimanche dernier le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la  communication, Moussa Benhamadi. « Nous avons maîtrisé certaines difficultés et problèmes techniques  pour le lancement de la téléphonie mobile de troisième génération. Nous espérons qu’elle sera à la portée des citoyens avant la fête de  l’indépendance », a déclaré le ministre, à l’occasion du lancement de la nouvelle chaîne de radio dédiée aux jeunes « Jil FM ». Récemment, le même responsable avait indiqué que le dernier délai offert aux trois opérateurs (Djezzy, Nedjma et Mobilis) serait le 31 mars 2012 pour lancer la 3G. L’exploitation de la 3G concerne un marché de 30 millions de téléphones portables, exploités par plus de 25 millions d’Algériens. L’ouverture de ce service pour chacun des opérateurs « visait à ne pas exclure une partie des citoyens de cette technologie avancée », a expliqué le ministre. Toutefois, le premier responsable du secteur des TIC n’a pas donné de précisions relatives à la nature des difficultés qui ont entravé le processus du projet. Aucune information n’a d’ailleurs été donnée sur les facteurs à l’origine de ce retard qui ne cesse, vraisemblablement, de s’accentuer. Pour leur part, les trois opérateurs de la téléphonie mobile ont toujours affirmé qu’ils étaient prêts à s’impliquer dans le lancement de la 3G. Au-delà de la complexité du processus, les citoyens souhaitent la réalisation de ce projet dans les meilleurs délais afin de se mettre à la page de toute récente technologie de l’information et de la communication. Les Algériens, notamment les jeunes accrocs des NTIC, s’impatientent à acquérir la 3G, avec laquelle on peut avoir accès à la télévision, la visiophonie et le signal audiovisuel, s’appuyant sur la norme Universal Mobile Telecommunications System (UMTS). Il est à rappeler que le dernier délai pour le dépôt des soumissions relatives à la licence de la troisième génération de téléphonie mobile auprès de l’Autorité de  régulation de la poste et des télécommunications (ARPT), fixé préalablement du 26 au 29 septembre, avait été déjà prolongé au 2 octobre. Par ailleurs, Hatem Hocini, responsable au même département ministériel, a souligné, pour sa part, la nécessité de créer les conditions adéquates pour le développement intensif de l’industrie des TIC. Selon lui,  la mise en place d’un mécanisme de partenariat durable entre les secteurs public et privé et la création de conditions de valorisation des compétences scientifique et technique dans la recherche et le développement pour les grands pôles industriels constituent les priorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *