Algeria Web Awards Récompense pour le meilleur site algérien

Le club scientifique de l’école supérieure d’informatique ESI (ESI) organise la première édition de la compétition des meilleurs sites web « Algeria Web Awards ». Les inscriptions ont été lancées en janvier dernier et concernent toute personne ayant un site qui appartient à une des catégories de la compétition. Les nominations seront clôturées, précise le communiqué du club scientifique, le 15 février prochain et un ensemble de professionnels du domaine évaluent les sites candidats selon des critères bien déterminés. L’annonce des trois sites finalistes sera faite le 15 mars 2012 et la finale aura lieu le 31 mars où seront annoncés les sites gagnants de chaque catégorie, explique la même source, précisant que les inscriptions se font exclusivement sur le site :http://www.algeriawebawards.org/. Le choix des lauréats, des sites web algériens en arabe, berbère, français ou anglais sera décidé selon plusieurs critères. Il s’agit de la conception et la créativité où la priorité sera donnée aux idées novatrices qui conduisent à des solutions originales pour l’interactivité. Concernant l’aspect esthétique et design, il sera tenu compte de  la visibilité des liens entre la page d’accueil et les pages secondaires avec le respect de la marque et de l’identité du site, et de sa présentation   par l’application correcte des principes de design (harmonie, contraste et équilibre entre les couleurs). La facilité d’utilisation sera également prise en compte, précise le club scientifique de l’ESI. Ici, le côté technique du site web sera jugé selon l’utilisation des langages HTML, PHP, etc., par rapport à son ergonomie, ce qui entre dans le cadre de l’IHM (Interaction Homme Machine), et aussi sur la facilité de la navigation, ce qui inclut aussi la compatibilité avec les différents navigateurs. L’aspect d’interactivité des sites constitue aussi un facteur déterminant dans le choix finale, sans omettre, bien évidemment, le côté contenu car l’évaluation, indique le même communiqué, concernera l’hiérarchie du site, son contenu, ses données et ses fonctionnalités. De préférence, les formats ne doivent pas dépasser 60 Ko/page et les animations flash ne doivent pas excéder 300 Ko. Evoquant les objectifs de cette initiative, la première du genre en Algérie, les organisateurs affirment que cette compétition, vise à mettre en évidence les acteurs algériens (agences web ou personnes) qui contribuent le plus à l’amélioration du web algérien et à valoriser leurs productions. Il est question de promouvoir l’esprit d’innovation et de créativité car actuellement plusieurs sites algériens accusent un manque dans cet aspect et la majorité sont des clones de sites web existants. Il s’agit aussi d’élever les normes de conception des sites Web et de leur design, partant du constat que beaucoup de sites algériens sont marqués par des défaillances en attractivité. La promotion de la propriété intellectuelle constitue l’autre préoccupations des initiateurs de cette compétition qui estiment que le développeur web algérien risque la perte de sa propriété intellectuelle à cause du manque de protection des droits d’auteurs. La compétition vise, par ailleurs,  à encourager la croissance et le développement des talents locaux et mettre en place et à créer une réelle concurrence entre les acteurs algériens du web.
Un constat amer !
L’un des facteurs essentiels qui ont poussé le club scientifique de l’ESI à lancer ladite compétition est la faiblesse du contenu web algérien, ce qui nécessite une motivation substantielle pour son amélioration. « Le contenu de certains sites web algériens est limité en quantité et pauvre en qualité, en outre, il se caractérise par sa structuration en forum,  raison pour laquelle l’internaute Algérien s’oriente vers le contenu étranger », notent les organisateurs d’Algeria Web Awards. « Malgré la croissance phénoménale du nombre des internautes algériens, le contenu reste pauvre en quantité et en qualité », déplorent-ils.  C’est ainsi que les professionnels du Web, tels que les agences de développement web, les agences marketing web, et les free-lancers tels que les infographistes ou designers web sont appelés à faire preuve d’innovation et d’enrichissement du contenu algérien du web pour remédier à cette situation inconfortable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *