Munir les taxis collectifs d’un compteur électronique Une décision qui n’est pas au goût des « taxieurs »

La colère gagne les chauffeurs de taxi collectif. Ceux-ci n’excluent pas une action de protestation contre la décision du ministère des Transports de faire équiper obligatoirement leur véhicule de compteurs électroniques. Leurs représentants se sont élevés contre ces « décisions » unilatérales auxquelles ils n’ont pas été associés. Plus grave encore, ils ont appris la nouvelle par le biais de la presse. Cette décision, qui vise à « contrer » le comptage aléatoire, a surpris les professionnels, nous a indiqué M. Bouraba qui affirme que « personne n’a été informé ». Il ajoute dans ce sens que la tutelle aurait dû solliciter les concernés. Critiquant cette décision, le président de l’ONTA indique : « Il faut avoir au moins une idée sur l’état des lieux avant de prendre une telle décision. »  Il souligne dans ce sens que la tutelle n’a pas pris en considération les problèmes des chauffeurs. Les autres problèmes soulevés par ces derniers, en dehors du prix du compteur jugé très élevé (environ 30 000 DA), ce sont les frais de l’installation ainsi que le manque d’entreprises spécialisées en la matière. Il a fait savoir qu’il existe six entreprises au niveau national dont 5 au centre et une seule à l’ouest, mais aucune à l’est. M. Bouraba s’est interrogé sur la faisabilité de la chose face à la forte demande attendue auprès de ces entreprises. Il s’est également demandé comment un chauffeur de Béchar ou de Tindouf fera-t-il pour rejoindre la ville d’Oran, faire la queue pour installer le fameux compteur. Il en est de même pour tous les chauffeurs de l’Est, contraints d’aller vers le centre du pays pour placer le nouvel appareil. Il a rappelé que plus de 150 000 chauffeurs de taxi activent au niveau national.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *