Un technoparc sur la terre des hydrocarbures

Les parcs technologiques seront relancés, à en croire Moussa Benhamadi, ministre de la Poste et des TIC. Il a pris son bâton de pèlerin numérique pour aller prêcher la bonne parole technologique sur la terre des hydrocarbures. Pour lui, il faut cesser de réduire les Algériens à d’éternels consommateurs des TIC. Il faut passer à une autre étape, celle de la production de logiciels et de contenus à forte valeur ajoutée. Car Internet sans logiciels et sans contenu, ce n’est que des « tuyaux sophistiqués », un prestige et une petite cerise sur un gâteau que ne mangeront que quelques-uns. Espérons qu’il n’a pas prêché dans le désert ! Devant un parterre d’étudiants de l’université Kasdi Merbah de Ouargla qui buvaient ses paroles comme du petit lait, des élus locaux et de quelques porteurs de projets triés sur le volet, il a voulu inciter à faire la coupure avec la mentalité qui réduit les citoyens à n’être que de bons clients d’achat de laptops et de tchat sur Internet.
Les TIC aujourd’hui permettent de gagner la bataille de l’emploi. Ils peuvent donner de l’espoir aux jeunes diplômés pour créer leurs propres entreprises au lieu d’attendre un coup de pouce de quelques connaissances qui vont leur ouvrir les portes d’une entreprise nationale ou d’une multinationale qui s’installe dans le très prometteur marché algérien. Voici une bonne démarche qui devra au moins inspirer ceux qui partent à l’assaut de l’APN dans le cadre des élections législatives. De quoi enrichir aussi le programme des partis politiques fraîchement agréés et qui peinent à convaincre les Algériens à y adhérer. Les TIC ne méritent-elles pas d’avoir une petite place dans le débat général de ce scrutin ? Il faut savoir que les électeurs des temps modernes y accordent un intérêt particulier. Aujourd’hui, une coupure du réseau Internet suscite autant de réactions qu’une coupure d’eau. Nous l’avons vécu dans notre pays. Aujourd’hui, les Algériens naviguent sur le Net régulièrement, ont leur boîte mail et échangent par SMS. Ils sont branchés sur les chaînes satellitaires pour s’informer et pour se divertir. Les TIC ne sont plus un gadget. Les Algériens ont soif de technologies et de savoir.
Dans les parcs technologiques, ils vont retrouver d’autres repères. Ils vont rêver technologiquement plutôt que de penser à aller dévoiler leurs talents sous d’autres cieux. Dans un autre registre, Nedjma, opérateur multimédia, a suivi sa bonne étoile qui l’a conduit à la très séduisante ville Barcelone. La 27ème édition du Congrès Mondial du Mobile (GSMA Mobile World Congress) lui a permis de s’afficher parmi les grands du secteur des télécommunications. D’ailleurs, les deux autres opérateurs, Mobilis ainsi que Djezzy, y étaient aussi. Des opérateurs, des équipementiers, des fabricants et des fournisseurs de solutions technologiques mobiles ont présenté leurs produits, services et nouveautés. Les participants se sont projetés dans le monde de demain qui n’est jamais très lointain. L’industrie du mobile a fait son show annuel. La GSMA a annoncé que plus de 67 000 visiteurs en provenance de 205 pays ont participé au Congrès mondial de la téléphonie mobile 2012, soit un nouveau record pour cet événement de premier plan.  Ce Congrès mondial a vu la participation des représentants non seulement des acteurs de l’industrie mobile traditionnelle, mais aussi de sociétés de secteurs tels que l’industrie automobile, la santé et la finance, pour n’en citer que quelques-uns. C’est dire le rôle important que joue le domaine du mobile dans la stimulation de l’innovation dans de nouveaux marchés. Dans le même contexte, Microsoft a lancé en Algérie la dixième édition d’Imagine Cup, véritable championnat du monde étudiant de l’innovation numérique et invite les étudiants algériens à s’y inscrire. L’objectif affiché: valoriser l’informatique et les filières de l’industrie du numérique en général et susciter l’enthousiasme pour les sciences et la technologie en particulier. Le thème de cette année est « Imaginez un monde où la technologie nous aide à répondre aux enjeux les plus cruciaux de la société ». Ainsi, chacun donnera libre court à son imagination pour que naissent des projets réalisables dans un proche avenir. Microsoft donne ainsi la chance aux jeunes pour dessiner les contours de leur propre avenir. Une manière de les impliquer mais surtout de croire en leur possibilité de faire avancer les sociétés vers plus de progrès et de prospérité.
Une autre démarche qui est à saluer et dont on devra prendre de la graine. Les jeunes Algériens, ce ne sont pas uniquement ceux qui veulent fuir le pays mais ce sont aussi ceux qui veulent bâtir ce pays. Il faut juste leur tendre la perche. Ils sauront saisir la balle au bond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *