De hautes fonctions confiées aux femmes La gestion des TIC au féminin

Il reste beaucoup à faire pour insérer davantage la femme dans le domaine des TIC. Toutefois, et même si les chiffres mis en exergue ne reflètent pas ce à quoi aspirent les femmes, dans le secteur des TIC, les choses sont en train de s’améliorer, par comparaison à ce qui est observé ailleurs, où la présence de l’homme est nettement prédominante, notamment dans les hauts postes de responsabilité. Cette situation, il faudrait la changer.
La question des quotas dont les partis politiques devraient s’acquitter, pour une implication plus accrue des femmes dans la gestion de la cité, s’applique-t-elle aux secteurs économiques dont les TIC ? En application des directives du président de la République, le ministère de la Poste et des TIC a décidé de nommer des femmes à des fonctions supérieures, à des postes de responsabilité. Le secteur des TIC compte 14 656 femmes dont 425 occupent des postes supérieurs. Est-ce une répartition équilibrée entre éléments masculins et éléments féminins ?  Pour  le ministre de la Poste et des TIC, il reste beaucoup à faire, pour insérer davantage la femme dans le domaine des TIC. Moussa Benhamadi s’exprimait à la faveur d’une rencontre des femmes cadres de son secteur, tenue au Cyberparc de Sidi Abdellah. Cette réunion a été organisée à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la femme. Moussa Behamadi estime toutefois que même si les chiffres mis en exergue ne reflètent pas ce à quoi aspirent les femmes, les choses sont en train de s’améliorer, par comparaison à ce qui est observé ailleurs, dans beaucoup de pays à économie libérale, où la présence de l’homme est nettement prédominante, notamment dans les hauts postes de responsabilité. Cette situation, il faudrait la changer, promet le ministre. Aussi, une série de décisions ont été prises au profit de certaines catégories de femmes. Il est ainsi question de  lancer une formation gratuite d’une semaine en « Management de projets » pour l’ensemble des femmes du secteur du MPTIC, recrutées dans le cadre du pré-emploi. Les femmes journalistes couvrant les activités du secteur des TIC bénéficieront, quant à elles, d’une formation gratuite de trois à cinq jours en TIC. Il est également attendu que le secteur des TIC lance un concours  pour le meilleur site web développé par une femme ou un groupe de femmes de ce secteur (public ou privé). Deux autres concours seront aussi lancés et ce, pour la meilleure application informatique développée par une femme ou un groupe de femmes du secteur des TIC (public ou privé) ainsi que pour le meilleur article en rapport avec les TIC (technique, juridique, économique et social, etc.). Des prix seront décernés au profit des femmes. Ils le seront en marge de la célébration, le 17 mai prochain, de la journée mondiale des télécommunications et de la Société de l’Information, dont le thème choisi, pour cette année, par l’UIT est : « Les femmes et les jeunes filles dans le secteur des TIC », c’est une initiative louable. Elle a pour objectif d’encourager la femme et de la préparer à assumer des responsabilités, en développant ses compétences, notamment dans le domaine des TIC, un espace  incontournable de toutes les disciplines et de toutes les professions. Mais ne s’agit-il pas là d’initiatives conjoncturelles ? Moussa Benhamadi affirme que les approches qu’il veut développer s’inscrivent  dans la durée. Il en veut pour preuve le fait que ses services ont inscrit, dans le programme « e -Algérie » divers actions s’articulant essentiellement autour du développement des compétences en TIC, pour l’ensemble des catégories sociales et principalement pour la femme en tant qu’acteur essentiel dans le développement de la société de l’information. En attendant que de telles initiatives se matérialisent sur le terrain, les femmes continuent à se débrouiller comme elles le peuvent. Certaines d’entre elles s’essayent au monde des TIC, d’autres sont créditées de compétences en la matière ; elles  sont chefs d’entreprises. C’est important surtout que l’utilisation des TIC dans les entreprises dirigées par les femmes est une priorité pour diversifier l’économie nationale et développer l’entreprenariat féminin en Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *