Focus sur l’entreprise SSC: la survie par l'innovation

Dans le domaine du développement encore, « hawess.com » verra aussi 11 autres wilayas du Nord, de Tlemcen à Annaba, enrichir la base de données et reprendre les mêmes agencements, une adresse, un point d’intérêt.
Tout prédestinait pour SSC (Solutions spatiales complètes) à être une référence dans son cœur de métier que sont les systèmes d’information géographique. Un domaine pointu et quasi incontournable dans le décisionnel par exemple mais qui pourtant n’a pas l’air de bien s’enraciner dans le pays. Et les propos de son directeur général ne font que confirmer le constat sur un segment quelque peu complexe. « On ne réalise pas encore l’importance des SIG » ; affirme Khaled Bitat, directeur général de la société. Bien que riche d’une base de données importante qui renferme les cartes digitalisées et documentées du territoire, on ne mesure pas encore la portée d’un tel « trésor » dans des domaines très sensibles tels que dans l’organisation et l’aménagement urbanistiques, la sécurité et bien plus encore dans le domaine des secours. Au-delà de cet état de fait, il s’agissait surtout de donner du sang neuf  et assurer la pérennité de l’entreprise. Et c’est là que l’idée, partie de très simples constatations, a germé et consistait à donner une autre utilité à des données existantes et en très grand volume et les porter à l’usage de tous. C’est en partie la genèse de « hawess.com ». « Nous sommes partis de constats très simples. Hawess.com, dont l’idée est de Mounir, répondait simplement au besoin qu’ont les gens qui ne connaissent pas souvent l’itinéraire exact pour se rendre à un lieu de pouvoir s’orienter mais surtout, partant d’expériences vécues, on ne connaissait pas forcément un mécanicien, un pharmacien de garde ou alors un médecin », décrit le directeur général de SSC, M. Bitat. « La faisabilité du projet nous a pris 6 mois. Nous avons engagé une opération de géocodage, opération qui consiste à associer une adresse complète à un lieu sur la carte », relate justement Mounir Djema; responsable développement SIG, à la tête d’une équipe qui s’était relayée tout ce temps afin d’organiser les données et les structurer alors que pendant ce temps, un autre groupe s’affairait à vérifier et à confirmer la véracité des données enregistrées. « Nous faisons très attention à la fiabilité de nos adresses et leur association au point d’intérêt qui les concerne directement. Une équipe se charge de vérifier justement sur le terrain car si un utilisateur n’obtient pas une bonne indication, il est perdu » ; poursuit-il. Sur ce point, une fréquence de mise à jour a été mise en place et le cycle de vie d’une donnée avant sa vérification est d’au moins 6 mois. « Au stade actuel, nous disposons d’un peu plus de 100 000 adresses pour un peu plus de 15 000 points d’intérêt. » C’est énorme sachant que pour le moment, c’est Alger seulement qui est concernée, ou du  moins « le noyau dur de la capitale ; qui concerne 33 communes sur une cinquantaine ». Selon nos deux interlocuteurs, systématiquement, là où il existe une forte animation économique ou culturelle est entrée dans « hawess.com ». Actuellement à sa version « bêta », le site « enregistre quotidiennement un peu plus de 1 000 visiteurs par jour ». La version s’étoffe de jour en jour et l’équipe développe actuellement le portage du site entier sur des appareils mobiles. « Une application pour smartphone est en cours de développement et même une version Wap pour pouvoir consulter le site à travers le GPRS », affirme Mounir Djema. Dans le domaine du développement encore, « hawess.com » verra aussi 11 autres wilayas du Nord, de Tlemcen à Annaba, enrichir la base de données et reprendre les mêmes agencements, une adresse, un point d’intérêt. Au-delà, selon Mounir Djema, le site se distingue par des options qui plairont notamment la possibilité offerte aux visiteurs de pouvoir partager un lieu, en envoyant directement à partir du site l’itinéraire de l’endroit en question sous format PDF qui sera automatiquement  généré et envoyé à tous les destinataires souhaités. Plusieurs débouchés sont en étude actuellement afin d’établir un « business model » qui pourrait rendre « hawess.com » lucratif. Des services dédiés aux entreprises pourront être proposés à dur et à mesure des feedback reçus, alors que d’autres services, notamment ceux accessibles au grand public, resteront librement exploitables. « Nous souhaitons faire de Hawess.com un réflexe », lance M. Bitat qui insiste sur l’aspect « utile » de l’information recherchée sur Hawess.com. SSC est un exemple d’une entreprise, parmi tant d’autres, qui malgré la difficulté de l’environnement économique, a usé d’une capacité bien « humaine » : s’adapter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *