Banditisme en ascension Le vol de portables reprend de plus belle

A ce titre, il est signalé spécialement qu’à la suite des tragiques développements de la situation sécuritaire sur les frontières avec la Libye, ces derniers temps, le trafic des marchandises prohibées connaît une allure inquiétante, ce qui prête à multiplier la vigilance des troupes de lutte contre le banditisme. Parmi les produits dernièrement saisis figure une importante quantité de portables et d’équipements high-tech. Selon la même source, « ce sont des réseaux de trafic qui procèdent au deal de cette technologie de communication mais dont les commanditaires échappent souvent aux règles du commerce ». Etant identifiés, certains des auteurs de trafics sont issus des groupes de commerçants lancés dans l’import et l’export depuis des années. Ces portables sont mis en vente dans les grands magasins situés dans les autres wilayas. Les forces de l’ordre ont également fait état de vols et d’agressions physiques sur des personnes interceptées par des bandits aux frontières Est et Ouest du pays, « ce qui renseigne sur une ascension du banditisme sur portables ». Pis, les axes routiers assurant les liaisons entres les villes et ses banlieues sont devenus ces derniers jours les lieux de prédilection pour ces bandits qui délestent les femmes et les jeunes conducteurs de leurs portables. Ainsi,  un quadragénaire, B. Ammar, natif de la commune d’Ouled Yahia, conducteur de camion, a été agressé, la semaine dernière, à l’aube, par une bande de voyous dans la localité, située au nord d’El Milia. La victime, qui a été délestée de son portable et de 20 000 DA, selon son propre témoignage, a déposé plainte auprès du groupement de la Gendarmerie nationale. « Ils m’ont tiré de force du camion, et ils se sont jetés sur moi, avant de m’agresser et  me voler mon bien; j’ai des douleurs au niveau de l’avant-bras gauche », témoigne-t-il. Pour rappel, de nombreux autres citoyens ont été victimes des mêmes actes commis par une bande de délinquants, qui sévit à l’aube à travers des contrées situées entre les villes de Constantine et de Jijel, ainsi qu’à Maghnia. L’arrestation et la condamnation à une lourde peine de prison, il y a quelques mois, d’un jeune individu, considéré comme le chef de cette bande, n’a pas mis un terme à cette série d’agressions. D’autre part, les forces de l’ordre activant sur Alger et ses environs ont affirmé que toutes les zones qualifiées de dangereuses, que ce soit de vieux quartiers ou de nouveaux sites semi-urbains, « seront quadrillées par des éléments prêts à intervenir ». La population de la capitale et de ses environs immédiats appréhendent actuellement des agressions inopinées, « qui se produiraient à bord de bus, dans les lieux publics ou n’importe où à la nuit », se désole un  vieux transporteur privé, qui nous confie encore que de vieux routiers ont été victimes de bandits sur les routes de l’intérieur du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *