Quelle feuille de route pour Moussa Benhamadi 2.0 ?

On connaît désormais le nom du ministre de la Poste et des TIC, c’est Moussa Benhamadi. Il y revient après avoir quitté ce poste pour celui de député après les élections législatives de mai dernier. Ce que l’on connaît le moins en revanche, c’est la feuille de route et le rythme que compte imprimer Moussa Benhamadi à des chantiers qui sont urgents : relance du processus de la 3G-4G; « OusraTIC 2.0 », l’intégration réelle des TIC dans l’éducation nationale, la promotion et l’encouragement de l’industrie nationale des TIC, la stratégie nationale en matière de haut et très haut débit, confiée, pour rappel, à une commission interministérielle, le plan « e-Algérie », qui doit impérativement être sorti de sa léthargie; plus globalement, éclaircir les contours d’une société de l’information qui peine à se concrétiser. De même qu’il est très attendu sur les dossiers « ARPT – ISP » et « ARPT – opérateurs télécoms mobiles », la pénétration du téléphone fixe et de l’Internet; et intervenir en tant que « patron » d’un secteur névralgique dans lequel un certain malaise et une inertie couvent. Autres grands dossiers : la création de jeunes entreprises IT (start-up), la loi sur la société de l’information, encore au stade de l’avant-projet et l’accélération de la modernisation de la relation entre les citoyens et l’administration et de celle des paiements et du commerce électroniques. Ce qui induit inévitablement au dossier sensible de la certification électronique.
En somme, rehausser la position de l’Algérie dans les rapports mondiaux, dans quasiment tous les domaines IT, dans lesquels elle occupe actuellement le bas du tableau.
Autant de chantiers et de dossiers encore ouverts mais deux ans lui suffiront-ils ? Nous y reviendrons plus en détail dans notre prochain numéro.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *