Radio Frequency Identification -RFID- Promesse de croissance énorme

L’adoption de la RFID progresse rapidement, mais est encore loin d’atteindre son véritable potentiel. Voici un aperçu de la situation actuelle et une explication de ce que fait l’industrie pour accélérer la pénétration du marché. Il a fallu beaucoup de temps pour la RFID pour arriver là où il est aujourd’hui – en particulier pour atteindre le premier milliard de Tag ou balises étape, il y a sept ans. Aujourd’hui, le marché connaît une croissance dynamique. La radio-identification, le plus souvent désignée par le sigle RFID (de l’anglais radio frequency identification), est une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés «radio-étiquettes» («RFID tag» ). Les radio-étiquettes sont de petits objets, tels que des étiquettes autoadhésives, qui peuvent être collées ou incorporées dans des objets ou produits et même implantées dans des organismes vivants (animaux, corps humain). Les radio-étiquettes comprennent une antenne associée à une puce électronique qui leur permet de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises depuis l’émetteur-récepteur. Ces puces électroniques contiennent un identifiant et éventuellement des données complémentaires, avec environ 3-4 milliards d’objets étiquetés RFID en 2013 (UHF seulement), et une année de 35-40% de croissance en une année avec une pénétration à travers le commerce de détails et essentiellement dans le vêtement. Au cours de cette décennie en particulier, l’industrie a supprimé les obstacles technologiques, satisfait aux exigences d’interopérabilité, travaillé sur la normalisation mondiale et la miniaturisation. Aujourd’hui on arrive à la maturation et il est vrai de dire que les normes UHF RFID et des solutions technologiques sont en place. Elles sont soutenues par un nombre important d’acteurs du marché au service de tous les aspects de l’écosystème. Mais le chemin est encore loin. Seulement 1% du marché mondial est touché par cette technologie alors qu’il y a des milliards d’objets tout autour de nous qui peuvent être RFID. Un bon crénau et un marché pour les startup de Sidi Abdellah et ailleurs.
La RFID dans l’IoT
La puissance et la capacité de la RFID est encore plus évidente lorsque l’on regarde les nouveaux débouchés pour la RFID dans l’internet des objets (Internet of Things IoT).
La définition de l’IoT a évolué au fil des années, et aujourd’hui IoT peut être mieux défini comme des objets ou des choses de tous les jours qui sont connectés à l’Internet.
Le nombre et la diversité des applications de l’IoT qui peuvent être envisagés avec des dispositifs RFID sont tout simplement énormes. La valeur intrinsèque de la RFID consiste à permettre aux «choses» de fournir des données en temps réel pour accélérer la prise de décisions tant au niveau industriel et de plus en plus au niveau des consommateurs.
La domotique qui représente le concept le plus connu est la possibilité aux gens d’interagir avec les appareils de tous les jours dans leurs maisons. Cette vision de l’avenir permet de voir les appareils tels que les réfrigérateurs devenir intelligents et conscients de leur «état» et permettre à son propriétaire de faire la cuisine, de savoir quand commander et de reconstituer ses denrées. L’autre utilisation qui commence à pointer le nez est l’éclairage. Cela a commencé par des jeux de lumière qui réagissent au son, aujourd’hui on peut allumer les lumières depuis son bureau. D’autres applications sont en préparation pour la musique et la télévision. Pour l’entreprise, l’entrée sensorielle, les solutions d’accès… les possibilités sont vraiment infinies.
La RFID au secours des vols de bicyclettes
Les voleurs de bicyclettes ne pourront plus sévir. Une start-up appelée PubLock espère que sa solution de verrouillage vélo RFID permettra d’éliminer une partie des vols de bicyclettes estimés à plusieurs millions chaque année.
Les étudiants en génie de l’université de Pennsylvanie ont conçu le nouveau système de verrouillage pour être intégré directement dans un rack à vélo et activé par le glissement d’une carte RFID. Pas de plans immédiats pour commercialiser la solution, elle pourrait être un succès sur les campus et des centres-villes animés qui offrent des systèmes de partage de vélos publics.
Les campus américains sont connus comme étant un espace pour le vol de vélo et représentent une cible logique pour PubLock, en particulier ceux qui ont déployé des cartes étudiant RFID susceptibles d’interagir avec le système de verrouillage.
L’université de Pennsylvanie déploie des cartes d’identité de l’étudiant RFID. Sur les 23 vélos qui ont été volés sur le campus université de Pennsylvanie en septembre, près de la moitié résulte de l’utilisation inappropriée de blocage, un problème dont la solution PubLock pourrait éliminer.
le système est simple. Un simple effleurement de la carte RFID déverrouille la serrure et le câble d’acier qui assure la sécurité du stockage de la bicyclette. À son retour, le propriétaire glisse simplement la carte une seconde fois pour le déverrouiller.
Le système de PubLock utilise un lecteur RFID qui peut lire des étiquettes RFID uniques à travers le couvercle de polycarbonate sur le boîtier électronique, qui permet une utilisation facile et sécurisé.

Le marché du RFID vaut plus de 9 milliards de dollars pour 2014: Forte croissance des lecteurs
Le marché total des biens et services RFID va grimper à 9,2 milliards de dollars cette année et presque 20 milliards de dollars en 2018, selon de nouvelles données produites par le cabinet d’études de marché IDTechEx . Ces chiffres comprennent tous les tags de fréquence, les lecteurs, les logiciels et les services. Dans un webcast de cette semaine, le PDG IDTechEx Raghu Das décrit les quatre principaux segments porteurs de croissance – commerce de détail de vêtements objet de niveau marquage, le suivi des actifs / stocks, de transit billetterie et le suivi des animaux.
Les distributeurs qui déploient la RFID constatent une hausse des ventes entre 4-20% sans augmenter les niveaux de stock. Selon les estimations, les distributeurs vont consommer environ trois milliards d’étiquettes ou tag en 2014, ce qui représente un petit chiffre. En effet, par exemple uniquement le marché de l’habillement représente environ 40 milliards de vêtements et d’accessoires par an.
Pour 2024, IDTechEx prévoit un marché qui va atteindre les 8 milliards de dollars représentant 27% du marché total et il ajoute que les dépenses Rfid pour 2013 ont dépassé légèrement les 400 millions de dollars. Pour ce qui est de l’utilisation, IDTechEx prédit que le secteur du transport qui consommera pratiquement 700 millions de balises HF en 2014. La firme de recherche s’attend également à une forte croissance dans le suivi des animaux ainsi que les documents gouvernementaux pour la trace et le suivi.
Enfin, six milliards d’étiquettes passives ont été vendus en 2013 comparativement aux quatre milliards en 2012, ce qui fournis une bonne indication de la montée en puissance de la technologie au cours des deux dernières années.
Test en grandeur nature sur San Francisco
L’Internet des objets est à venir à San Francisco. La région de la baie devient son propre réseau exclusivement pour les choses de connexion, tels des colliers de chien, les thermostats, les parcomètres et une myriade d’appareils. San Francisco a été choisie par la société SIGFOX pour démontrer que le réseau sans fil est aussi très économique. Il permet lier presque n’importe quel appareil à Internet. Les estimations de l’industrie appellent à 50 milliards de dispositifs destinés à être connectés à Internet au cours des 10 prochaines années.
Selon le MIT Technology Review , le réseau SIGFOX, qui est en attente de l’approbation finale du matériel de la société des organismes de réglementation, couvrira San Francisco.
Il sera le premier déploiement de la société américaine d’une technologie de réseau qui couvre déjà l’ensemble de la France, la plupart des Pays-Bas, et certaines parties de la Russie et de l’Espagne. La société espère étendre le réseau à hubs technologie comme Austin, Cambridge et Boulder. SIGFOX prévoit de déployer son réseau dans 60 pays au cours des cinq prochaines années, fournissant une connectivité appareil-cloud pour les automobiles, l’électronique grand public, les dispositifs médicaux, les équipements de construction et bien plus encore.
Voici un extrait du MIT Technology Review: Le réseau de la Silicon Valley va utiliser la bande de fréquences 915 mégahertz sans licence couramment utilisé par les téléphones sans fil. les objets connectés au réseau de SIGFOX peuvent fonctionner à très faible puissance, mais seront en mesure de transmettre à seulement 100 bits par seconde. Mais cela pourrait être suffisant pour de nombreuses applications.En effet, les entreprises de semi-conducteurs comme Intel et Broadcom sont également challengé pour fabriquer des puces sans fil beaucoup moins cher, beaucoup plus petites et très faible puissance. Une station de base SIGFOX peut servir un rayon de plusieurs dizaines de kilomètres dans la campagne et à cinq kilomètres dans les zones urbaines.

Quelques exemples d’utilisation
La RFID chez les abeilles en Tanzanie
Le projet, qui utilise des étiquettes RFID mesurant 2,5 x 2,5 mm, se déroule à Hobart, Tasmanie, et représente la première fois qu’un tel grand nombre d’insectes ont été utilisés pour la surveillance de l’environnement. «Il s’agit d’un processus non destructif et les capteurs ne semblent avoir aucun impact sur la capacité de l’abeille de voler et de s’acquitter de ses fonctions normales», dit le Dr Paulo de Souza, qui dirige le projet “swarm sensing” (detection d’essaim) parrainé par le Commonwealth Scientific et la recherche industrielle. Les abeilles sont réfrigérés pendant une courte période, ce qui les met dans un état de repos assez longtemps pour que les minuscules capteurs pour être fixés sur leur dos avec un adhésif. Les étiquettes RFID recueillent des données lorsque les abeilles passent certains points de contrôle, et les informations sont envoyées à distance à un endroit central où les chercheurs utiliseront les signaux provenant des capteurs 5000 de construire un modèle tridimensionnel complet de trois et de décrire comment les insectes se déplacent à travers le paysage. «Environ un tiers de la nourriture que nous mangeons dépend de la pollinisation, mais les populations d’abeilles dans le monde va diminuer à cause de l’acarien redoutable Varroa et la Colony Collapse Disorder», explique le Dr Paulo de Souza, tout en ajoutant que « grâce à cette technologie, nous cherchons à comprendre la relation entre l’abeille et son environnement. Cela devrait nous aider à comprendre les conditions de productivité optimales ainsi que d’autres chose qui sont la cause du désordre et de l’effondrement des colonies « car comprendre le comportement des abeilles permettra aux agriculteurs d’améliorer la gestion des connaissances des abeilles et donc de la polénisation.La prochaine étape du projet est de réduire la taille des capteurs à 1 mm seulement. Avec cette taille, les tag peuvent être attachés à de petits insectes comme les moustiques et les mouches des fruits.
Les chercheurs de Georgia Tech dévoile Une solution Rfid qui sniffe l’air
Les scientifiques de la Géorgie Tech Research Institute (GTRI) ont mis au point un petit appareil électronique de détection qui peut alerter les utilisateurs de la présence de vapeurs chimiques dans l’atmosphère par l’intégration de la technologie RFID avec des dispositifs de détection de l’air.
La technologie pourrait aider Alger et d’autres grandes villes pour lutter contre le terrorisme, tout en trouvant un large éventail d’utilisations dans les soins de santé, la fabrication et les applications militaires sans oublier qu’ils peuvent également être utiles pour identifier et mieux comprendre la pollution de l’air. La disponibilité de ces puces pourrait également aider les entreprises à détecter la détérioration des aliments. Les établissements de santé pourraient bénéficier par la détection de tous les types de conditions biologiques humaines, et en informant les soignants de l’état du patient et un risque biologique. Et comme preuve, l’équipe GTRI a testé avec succès son prototype de système de détection à une manifestation conçu pour ressembler à un poste de contrôle de l’aéroport. La matrice de capteurs a détecté le produit chimique cible dans un environnement chimique complexe, et l’élément RFID a été en mesure de transmettre la lecture du capteur.
Parce qu’il est basé sur la technologie numérique programmable, le composant RFID peut fournir une plus grande sécurité, la fiabilité et la portée que les anciens modèles de capteurs.

Une réflexion sur “Radio Frequency Identification -RFID- Promesse de croissance énorme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *