GeekWeek 351: Les TIC et l’après-pétrole

«Tout ne va pas de travers dans notre pays, il y a quand même quelques bonnes initiatives à prendre», me confie un ami de longue date. Et pour me convaincre, il me cite deux exemples. La Société d’exploitation des gares routières d’Algérie (Sogral) a mis en service un système de connexion internet Wifi d’accès libre et gratuit dans les espaces publics des gares routières de Aïn Témouchent, Saïda, Béchar, Tamanrasset et Jijel. Cette opération s’inscrit dans le cadre des actions visant à l’amélioration du confort et de l’accueil des usagers des gares routières. Pour rappel, les gares suscitées s’ajoutent aux gares déjà dotées de Wifi, telles qu’Alger, Béjaïa, Mostaganem et Souk Ahras. Waouw ! C’est génial ! Comme çà, les voyageurs sentiront moins l’ennui en attendant leur car qui doit rejoindre d’abord le quai, remplir les sièges avant de prendre le départ.Ils seront au courant des dernières évolutions de l’actualité. Ils pourront lire les news sans acheter le journal papier et éviter ainsi de se salir les mains. Certes, le buraliste du coin va voir d’un mauvais œil cette avancée technologique et il va compenser les pertes par la vente de chewing-gums et de «caprices », ces bonbons resteront une fierté nationale tout comme le gazouz Hamoud Boualem. Une manière de lutter contre le rouleau compresseur de la mondialisation. Dans cette période de grande incertitude, nous devons veiller plus que jamais à ne pas perdre nos repères. Deuxième exemple cité : le portail web spécialisé dans l’immobilier et le logement, Lkeria.com, vient de mettre en ligne un système de suivi des chantiers de construction des logements location-vente de l’AADL et les logements LPP de l’Enpi. Grâce à ce système, des centaines de milliers de souscripteurs aux programmes pourront suivre l’avancement des travaux de leurs futurs logements par wilaya avec photos et commentaires illustrant l’état d’avancement de ces chantiers. Ce système de suivi des chantiers de construction des logements LPP et AADL a été réalisé sur la base d’une opération, Lkeria.com, de recensement des projets AADL 2 et LPP à travers le territoire national, qui a été menée avec le concours des souscripteurs internautes. Ainsi, il y aura moins de triches et de détournements et théoriquement plus de transparence.
Mais il y a aussi des nouvelles déprimantes. Cette semaine, on a parlé en long et en large de la chute du prix du pétrole. On s’est rendu compte tout d’un coup qu’on a perdu beaucoup de temps dans des discours stériles, des polémiques et des effets d’annonces. Le président de la République a chargé le gouvernement d’engager les mesures requises pour la dynamisation de deux secteurs qui n’étaient pas jusque-là une priorité du gouvernement : le tourisme et les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Mais suffit-il de l’annoncer et d’engloutir encore et encore des milliards de dinars et une baguette magique pour retrouver la prospérité ? Déjà, en 1986, le prix du pétrole avait chuté de 40 à 10 dollars. Et on avait évoqué l’après-pétrole et la nécessité de se retrousser les manches pour relancer l’économie. Le comédien Mohamed Hilmia imaginait à l’époque comment on vivrait si on n’avait pas de pétrole.
Et il a écrit le scénario de «l’après-pétrole» en 1986, dans lequel Hassan El-Hassani a fait une prestation inoubliable.
Les TIC constituent un avantage certain pour l’économie algérienne dans le sens où ils sont déjà une alternative aux hydrocarbures. Mais promouvoir une économie alternative et de substitution aux hydrocarbures doit dépasser le stade des bonnes intentions. Ne pas changer de cap, c’est devenir le jouet des évènements au lieu d’être les acteurs de notre propre histoire. Dans l’épreuve, c’est une évidence, chacun d’instinct a tendance à se replier sur lui-même, à ne considérer que ses propres difficultés, voire ses propres intérêts, aussi légitimes soient-ils. Cette tentation pour un pays, pour une personne, est suicidaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *