Edito 411 : Intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (IA, ou AI en anglais pour Artificial Intelligence) consiste à mettre en œuvre un certain nombre de techniques visant à permettre aux machines d’imiter une forme d’intelligence humaine, mais aussi elle regroupe l’ensemble des technologies qui peuvent comprendre leur environnement et agir en conséquence. L’IA, selon les experts et autres calculateurs internationaux, va complètement remodeler notre existant. Et nous en sommes encore loin. La technologie en est encore à ses balbutiements, mais elle s’améliorera au fur et à mesure. Aussi les grands projets de l’IA , qui font beaucoup de buzz tels que les voitures autonomes et les robots humanoïdes, ne sont pas encore des produits commerciaux. Par contre, l’IA fait sentir sa présence sa présence dans un endroit moins glamours et axés sur des tâches subalternes : le back office car l’intelligence artificielle libère les travailleurs des activités répétitives, mais aussi l’IA exécute les tâches beaucoup plus vite que les travailleurs humains, des tâches aussi variées que l’évaluation des risques, le trading, la détection de fraudes, la recommandation de produits, la classification d’images, la reconnaissance vocale, la traduction ….. Cela crée immédiatement de nouvelles entreprises qui vont exploiter ce terrain. De plus, les entreprises qui ont exploité ces nouveaux créneaux sont ou vont devenir des licornes, car selon les analystes, le marché de l’automatisation logicielle améliorée par l’intelligence artificielle devrait connaître une croissance rapide. Par exemple, selon Forrester Research, le chiffre d’affaires triplerait pour atteindre la centaine de milliards de dollars au cours des trois prochaines années et selon une étude de Accenture, d’ici 2035, l’IA pourrait contribuer à augmenter la productivité mondiale de 40%.Pour certain, ce chiffre d’affaires ne veut rien dire, en humain, d’ici 2021, la technologie d’automatisation robotisée fera le travail équivalent de près de 4,3 millions d’êtres humains dans le monde soit 80 % des tâches répétitives et chronophages. Aujourd’hui, l’IA est partout et se retrouve implémentée dans un nombre grandissant de domaines d’application. De Google à Microsoft en passant par Apple, IBM ou Facebook, toutes les grandes entreprises dans le monde de l’informatique planchent aujourd’hui sur les problématiques de l’intelligence artificielle en tentant de l’appliquer à quelques domaines précis. Chacun a ainsi mis en place des réseaux de neurones artificiels constitués de serveurs et permettant de traiter de lourds calculs au sein de gigantesques bases de données. Les résultats de leur investissement commenceront à tomber très prochainement… La question n’est donc plus de savoir si la révolution de l’IA aura lieu, mais comment les pays du Sud, qui n’ont pas de prix Nobel dans leur université, feront-ils face à une transformation culturelle massive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *