Airbnb fait une introduction en Bourse fracassante

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Brian-Chesky-airbnb.jpg.

Le directeur général d’Airbnb, Brian Chesky, est resté sans voix lorsque la nouvelle a annoncé que le cours d’ouverture de l’action de la société devait plus que doubler par rapport à son prix d’introduction en bourse de 68 dollars. La société a finalement commencé à se négocier à 146 dollars sur le Nasdaq et a clôturé à 144,71 dollars, propulsant la valorisation de la société à environ 100 milliards de dollars.
Airbnb a levé 3,5 milliards de dollars grâce à l’offre, ce qui en fait la plus grande introduction en bourse de cette année.
C’est tout un renversement de fortune pour le major de l’hôtellerie qui a connu une année tumultueuse jusqu’à présent. Elle a perdu 80 % de son activité pendant six semaines au tout début de la pandémie. Sa valorisation a presque diminué de moitié à 18 milliards de dollars, contre 31 milliards de dollars lorsqu’elle a levé un financement par emprunt en avril de cette année et a également dû laisser partir 25 % de ses effectifs en mai.
Dans son secteur, la valorisation d’Airbnb est désormais supérieure à la valeur de marché combinée de Marriott International (42,3 milliards de dollars), Hilton Worldwide (29,6 milliards de dollars) et Hyatt (7,47 milliards de dollars).

Kesako AIRBNB?

Née il y a 13 ans à San Francisco, l’entreprise a bouleversé l’industrie des voyages professionnels et du tourisme. Brian Chesky et Joe Gebbia cherchaient en 2007 un moyen de payer leur loyer et créent alors un site, baptisé AirBedandBreakfast.com, pour proposer aux participants d’une conférence de les héberger sur des matelas pneumatiques. Les deux amis sont rejoints en 2008 par l’informaticien Nathan Blecharczyk et forment alors officiellement Airbnb. Alors que se propage une grave crise financière dans le monde, l’idée de trouver des logements temporaires moins chers, ou de gagner un peu d’argent en louant une chambre, séduit rapidement le public. La plateforme de locations a bien rencontré des résistances en chemin, plusieurs municipalités et des hôteliers s’inquiétant de voir des logements privés se transformer de facto en hôtels, privant les particuliers d’habitations, favorisant la spéculation immobilière et créant un manque à gagner pour le secteur hôtelier traditionnel. Mais le groupe a désormais quatre millions d’hôtes à son compteur et plus de 825 millions de clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *